Vous ne voulez plus avoir de publicité sur le site ? Abonne-toi et deviens membre Premium !  >>> Je m'abonne <<< 

Un accident ou une fatalité ?

Discussion dans 'Forum TOP14' créé par Carança, 12 Mai 2014.

  1. Rentre dans la mêlée des discussions enflammées ! :) Inscris toi en 2 minutes, et même en 10 secondes grâce à ton compte Facebook ! Les supporters t'attendent pour partager des avis !
    JE M'INSCRIS ›››
    Rejeter la notice
Tags:
  1. Carança

    Carança USAPiste bavard

    Messages:
    298
    Notations:
    +191 / 0 / -0

    Partager cette page

    Accident ou fatalité

    Le Top 14 est en train de s’inventer son nouveau récit : l’arrivée des nouveaux capitaines d’industrie qui supplanteraient les vieux dirigeants issus du monde du rugby. La preuve en serait apportée par Mourad, Altrad et Jacky L.

    A contrario, la descente du BO et de l’USAP illustrerait ce changement en profondeur de l’élite du rugby français. Une tendance lourde, donc si l’on en croit le storytelling qu’on nous vend.

    Le contre-exemple qui gêne la démonstration, c’est évidemment le CO.
    Justement, la comparaison avec l’USAP est intéressante.
    Le budget du CO pour 2013-2014 : 17, 3 contre 14,9 pour l’USAP. Cette petite différence (non négligeable) explique-t-elle tout ?

    Je retiendrai cinq facteurs de réussite pour le CO qui ont manqué à l’USAP.

    1. Des entraineurs qui ne se poussent pas du col, qui se mettent au service du club et proposent un projet de jeu adapté à leur groupe
    2. un groupe très homogène avec une forte cohésion
    3. Un leader capable de faire basculer un match (Kockott)
    4. Des joueurs clés, stables à leur poste (Mach, Claassen, Talès, Dullin entre autres).
    5. Pas de gros blessés

    Mettez ces ingrédients à l’USAP sans rien changer du groupe et on ne descend pas.
    Un peu moins de caractériel et d’ego chez Delpoux, un peu plus de management du côté de Deroeux (si, si), un vestiaire sans clans (et on ne sait pas tout), une charnière stable (on finit la saison sans savoir qui est le 9 de l’USAP, impossible !), pas de blessure chez Lopez, Guirado, Guiry et Guitoune, on finit 7[SUP]ème[/SUP] ou 8[SUP]ème[/SUP].

    Avec un vrai 8, un deuxième buteur, un 15 relanceur et un patron en 9, on est en barrage.

    Pour moi, la descente de l’USAP restera un accident industriel, pas une fatalité. C’est trop facile de se retrancher dans le mouvement historique… Maintenant, il faut analyser et comprendre cette accumulation de facteurs négatifs. Une somme de (petites) erreurs avec de grosses conséquences

    Mais la différence de rendement avec les gros budgets tient au facteur temps et au droit à l’erreur. Boudjellal ou Lorenzetti ont le droit de se tromper sur quelques recrutements (ils ne s’en privent pas), Rivière non.

    D’où la fragilité des clubs moyens. A l’inverse, la combinaison réussie des facteurs positifs dans un petit club (Oyonnax) peut permettre le maintien. Mais il faut alors une combinaisons exceptionnelle de facteurs pour que ça marche. Attention au retour de bâton.
     
  2. babau66

    babau66 USAPiste impliqué

    Messages:
    783
    Notations:
    +7 / 0 / -0
    Je suis complétement d'accord. Les blessés graves c'est un aléa qui n'aurait pas du nous handicaper au point de nous faire descendre.
     
  3. gaspacho31

    gaspacho31 USAPiste impliqué

    Messages:
    1 728
    Notations:
    +172 / 0 / -0
    Tout ce que tu dis est vrai et quand on pense qu'on descend pour une pénalité de plus ou de moins à Oyo ou chez nous contre ce même Oyo c'est rageant surtout que rien ne nous a été épargné de la faiblesse des gros chez nos adversaires directs jusqu'aux arbitrages spéciaux ( un peu de paranoia !) comme celui chez nous contre le SF (Ruiz)ou celui au RCT (Cardona)qui a permis au FCG de limiter la pression de fin de saison pour une éventuelle descente !!anecat
     

Partager cette page