Vous ne voulez plus avoir de publicité sur le site ? Abonne-toi et deviens membre Premium !  >>> Je m'abonne <<< 

Le dopage et Bénézech : acte 2 !

Discussion dans 'Discussions Diverses' créé par robert marty, 30 Mai 2013.

  1. Rentre dans la mêlée des discussions enflammées ! :) Inscris toi en 2 minutes, et même en 10 secondes grâce à ton compte Facebook ! Les supporters t'attendent pour partager des avis !
    JE M'INSCRIS ›››
    Rejeter la notice
Tags:
  1. robert marty

    robert marty USAPiste impliqué

    Messages:
    714
    Notations:
    +0 / 0 / -0

    Partager cette page

    Les bidons d'eau claire ?

    Rugby : Laurent Bénézech affirme avoir été dopé à son insu

    Auditionné jeudi matin au Sénat par la commission d'enquête sur la lutte antidopage, l'ancien international affirme qu'il était dopé aux corticoïdes lors du Mondial 1995.


    Auditionné ce jeudi matin au Sénat par la commission d'enquête sur la lutte antidopage, l'ancien joueur de rugby international Laurent Bénézech a affirmé avoir été dopé aux corticoïdes - à son insu - lors de la Coupe du monde 1995.

    Les doutes qu'il nourrissait se sont transformés en intime conviction quand le sportif a été soumis à un traitement médical incluant ces mêmes corticoïdes, quatre ans plus tard. Il a alors, selon lui, retrouvé le ressenti physique - quasi inexplicable - qu'il avait connu lors de ses matchs en Bleu.

    Des bidons de réhydratation

    Laurent Bénézech a participé à la Coupe du monde 1995 (lors de laquelle la France avait atteint la finale) et à la tournée victorieuse en Nouvelle-Zélande la même année dans l'équipe menée alors par l'actuel sélectionneur de l'équipe de France, Philippe Saint-André.

    Selon lui, les corticoïdes lui auraient été administrés par le biais de bidons de réhydratation - qui pour la première fois étaient individualisés en équipe de France - ainsi que lors des repas où on lui proposait des fortifiants qu'il pensait alors naturels.

    Laurent Bénézech avait déjà fait parler de lui en avril dernier, en s'en prenant au tabou du dopage dans le rugby, comparant l'état sanitaire du rugby professionnel à celui du peloton cycliste dans les années 1990, avant que n'éclate le scandale de l'affaire Festina

    http://tempsreel.nouvelobs.com/spor...nezech-affirme-avoir-ete-dope-a-son-insu.html
     
  2. beber

    beber USAPiste impliqué

    Messages:
    997
    Notations:
    +1 / 0 / -0
    Pour tant sa machoire n'est pas sur développée :X
     
  3. Christophe

    Christophe Passe son temps sur le forum

    Messages:
    2 535
    Notations:
    +170 / 0 / -0

    le point commun avec Festina semble être " à l'insu de mon plein gré " mrgreen

    David Ginola dans une situation pareille aurait pu dire "je souhaitiez rien moi "
     
  4. koenig

    koenig Passe son temps sur le forum

    Messages:
    2 682
    Notations:
    +6 / 0 / -0
    Finale en 1995? ^^
     
  5. Néthou

    Néthou USAPiste impliqué

    Messages:
    544
    Notations:
    +3 / 0 / -0
    Y'a erreur, effectivement. C'était la demi perdue contre les Sud-Afs, sous des trombes d'eau. Pas vraiment besoin d'avoir à se réhydrater pendant le match, tiens... mrgreen
     
  6. LE CIEL ET BLANC

    LE CIEL ET BLANC Pottoka Apprivoisé

    Messages:
    913
    Notations:
    +0 / 0 / -0
    Mondial 1995, Dopage: Laurent Bénézech pense avoir été traité à la cortisone à son insu

    Auditionné au Sénat ce jeudi, l’ancien pilier international, Laurent Bénézech, a affirmé avoir reçu un traitement à la cortisone à son insu lors du Mondial 1995.

    Quasiment deux mois après son pavé dans la mare sur le dopage dans le rugby, l’ancien pilier international, Laurent Bénézech (15 sélections) en a remis une couche ce jeudi lors de son audition devant le Sénat par la commission d’enquête sur l’efficacité de la lutte contre le dopage. Il a ainsi confié : "J'ai une conviction forte que sur cette période (Coupe du monde 95, ndlr), j'ai été traité à la cortisone."

    Bénézech : " Traité à la cortisone sans en avoir été informé "

    L’ancien joueur de Toulouse, du Racing club de France, des Harlequins et de Narbonne a ensuite étayé son raisonnement en évoquant une opération subie en 1999 à la suite d’un décollement de rétine, et au cours de laquelle il a reçu un traitement à la cortisone. "J'ai découvert une certaine euphorie physique, je ne ressentais plus de fatigue (...) Or ce ressenti me révèle que je l'avais déjà eu à un moment donné précis de ma carrière […] J'ai travaillé sur mon souvenir. Je me suis souvenu d'un mode de fonctionnement d'équipe, où nous les joueurs étions personnellement responsables de notre propre boisson pendant les entraînements, avec des bidons personnalisés, et nous avions été sensibilisés au fait de ne pas prendre celui des autres, officiellement pour des risques de maladies."

    Puis il a précisé : "Au moment des prises alimentaires, on nous donnait des produits qui étaient censés être des fortifiants et qui me paraissaient moi, à l'époque, naturels. Quand j'ai remis les pièces du puzzle ensemble, je me suis retrouvé avec la conviction forte que sur cette période j'avais été traité à la cortisone, sans en avoir été informé et sans mon accord. Cette période, c'était la Coupe du monde 95 avec l'équipe de France de rugby […] Il semblerait, et j'en ai la conviction, qu'on ait eu un accompagnement médicalisé de la performance. J'en ai la certitude sur la cortisone." Pour rappel, les Français avaient alors été demi-finalistes, battus par les Springboks, futurs vainqueurs et hôtes de la compétition.

    Le staff du XV de France et la FFR dans le viseur

    Interrogé alors sur les responsabilités de chacun, il a pointé du doigt, le médecin, Marc Bichon, le manager du XV de France d’alors, Pierre Berbizier, ainsi que le président de la Fédération française de l’époque, Bernard Lapasset. "L'équipe de France avait un médecin responsable qui était Marc Bichon, un manageur qui était Pierre Berbizier. Je ne pense pas que Marc Bichon ait pris de son fait la responsabilité de mettre en place un protocole médicalisé sans en référer au manageur général. Et le manageur général Pierre Berbizier - que je connais bien pour l'avoir eu aussi en entraîneur de club - je ne pense pas qu'il ait pris la décision sans en référer au président de la Fédération française de rugby de l'époque."

    Voilà qui devrait une nouvelle fois susciter de nombreuses réactions dans le monde de l’ovalie.

    http://www.rugbyrama.fr/rugby/mondi...a-cortisone-a-son-insu_sto3780322/story.shtml

    Et c'est parti mon kiki ! :262944:
     
  7. gorobei

    gorobei USAPiste bavard

    Messages:
    450
    Notations:
    +14 / 0 / -0
    Autant je ne vois pas comment on pourrait penser que le rugby est le seul sport sain du monde professionnel, autant je ne comprends pas cet interview de Benezech qui n'apporte vraiment rien au débat, à part alimenter le buzz et se faire de l'auto-promotion. Parce qu'au final, Benezech affiche un sentiment, celui d'avoir été dopé à l'insu de son plein gré. Affirmer avoir retrouver les sensations après sa prise de corticoïde pour raison médicale qu'il avait ressenti en Afrique du sud est très très subjective. Avait-il la même condition physique? a-t-il fait la même préparation? s'est-il retrouvé dans les mêmes conditions psychologique? A tout cela on peut écrire sans doute que non et pourtant il affirme que ces sensations était juste dû à la prise de corticoïde. bof bof, tout ceci manque de fait, mais cela ne veut pas dire qu'il a tort évidemment et c'est son seul objectif: semer encore plus le trouble, occuper l'espace médiatique pour appuyer sa position qui ne repose pour l'instant sur rien de tangible.
     
  8. LE CIEL ET BLANC

    LE CIEL ET BLANC Pottoka Apprivoisé

    Messages:
    913
    Notations:
    +0 / 0 / -0
    C'est surtout qu'il cite des noms de personnes "responsables" à partir de certitudes personnelles ! :?
     

Partager cette page