USAP : un "BO" choc ! - Lindependant.fr

Discussion dans 'Forum Pro D2' créé par Articles de presse, 7 Avril 2021.


Vous ne voulez plus avoir de publicité sur le site ? Abonne-toi et deviens membre Premium !  >>> Je m'abonne <<< 
  1. Offre spéciale aux membres du forum : Vin Lafage à -30% pendant le confinement ! Rendez-vous sur ce sujet : !!! CLIQUEZ ICI !!!
    Rejeter la notice
  1. Articles de presse

    Articles de presse Passe son temps sur le forum

    Messages:
    4 197
    Ce jeudi 8 avril 2021, tous les ingrédients sont réunis pour que les Catalans et les Biarrots livrent une prestation explosive à Perpignan (coup d’envoi à 20 h 50) tant dans le jeu que dans l’enjeu. Présentation.

    Lire la suite ...
     
  2. cazac

    cazac USAPiste impliqué

    Messages:
    1 236
    Ce jeudi 8 avril 2021, tous les ingrédients sont réunis pour que les Catalans et les Biarrots livrent une prestation explosive à Perpignan (coup d’envoi à 20 h 50) tant dans le jeu que dans l’enjeu. Présentation.

    Pour le leader de Pro D2 qu’est l’USAP (90 points), vaincre le Biarritz olympique (3e, 76 points) et occuper un siège de demi-finaliste à quatre journées de la fin du championnat, ça serait bien. Ça serait "BO". Il est peut-être loin le temps des chocs USAP-Biarritz où en Top 14, les Dimitri Yachvili, Serge Betsen, Imanol Harinordoquy, Michel Konieck, Grégory Le Corvec, Manny Edmonds croisaient le fer. Mais aujourd’hui sur le papier, un match en Pro D2 de ces deux écuries, où Willie Du Plessis, Steffon Armitage, Johnny Dyer rencontreront Jerónimo De La Fuente, Ben Volavola, Piula Fa’asalele, ça a de l’allure, pour ne pas dire de la gueule. Alors tel un enfant ayant délicieusement déshabillé les chocolats de Pâques empaquetés avant de goulûment s’en régaler, voilà quelques arguments pour repaître le public de cette rencontre.


    Jusqu’à 19 points d’écart ?
    C’est un gros enjeu. "C’est un vrai quart de finale pour nous et un faux pour le championnat, martèle depuis plusieurs jours déjà l’entraîneur Patrick Arlettaz. Si on fait ce qu’il faut en gagnant ce match, on a l’opportunité de mettre quasiment les pieds en demie." Qui plus est en recevant l’un des vainqueurs des barrages. Pour Biarritz (qui a certes gagné la semaine dernière face à Nevers 23-12 mais avait perdu coup sur coup juste avant face à Oyonnax 21-34 et à Béziers 41-15), ce choc pourrait bien être une dernière cartouche pour recoller aux deux premiers du classement. Sans tenir compte de ce que fera Vannes (2e) face à Rouen (11e), les Basques resteront à une longueur des deux premières marches du podium avec de 76 à 81 points dans les bagages quel que soit le score final. Là où l’écart de points serait le plus important entre les deux équipes (soit 19 points) c’est si Perpignan gagne avec le bonus offensif et si Biarritz perd sans bonus.

    Dominer les rucks, "premier pas vers la victoire"
    "On ne va pas tourner autour du pot, ça va être un très gros match, on le sait", déclare sans ambages le capitaine Mathieu Acebes. Sans parler de revanche par rapport au match aller (défaite 21-12) qui était le premier de la saison, perturbé par les aléas de la crise sanitaire et où l’USAP avait peiné en première mi-temps en gardant des ballons au sol, en voyant les soutiens arrivés tardivement, en essuyant des fautes répétées (3 cartons jaunes). Sur la pelouse du stade Aimé-Giral, le salut des Catalans se gagnerait sur le jeu au sol, le contest, le grattage. "Nous, on aime avoir le ballon et pour avoir la possession, bien souvent ça passe par deux, trois, quatre, cinq rucks sur la même action, professe Patrick Arlettaz. Et chaque fois qu’il y a aura ruck il y aura danger par rapport cette possession. Si on empêche qu’ils se retrouvent là-dessus, c’est un premier pas vers la victoire."

    "Lui, c’est un All-Black, moi je ne suis rien du tout"
    Face à l’USAP, c’est une grosse équipe de Biarritz qui se présente. Sur 16 matches gagnés, elle a décroché trois succès à l’extérieur chez des Top 6 du championnat, Vannes (2e), Grenoble (5e), Oyonnax (6e). Et ce, avec des joueurs qui n’ont rien de bravaches comme les talonneurs Lucas Peyresblanques et Romain Ruffenach et qui devraient donner du fil à retordre à Davit Kubriashvili, Seilala Lam et Sacha Lotrian, une semaine après qu’ils ont été broyés par les Aurillacois (27-27) : "Ça nous a fait quelque chose de prendre autant d’intensité sur nous", concède le jeune pilier gauche qui a à cœur d’inverser la tendance avec les siens. Ou avec le facteur X néo-zélandais Francis Saili placé au centre, l’adversaire de Mathieu Acebes : "On a besoin de ces matches-là pour s’étalonner face à des mecs comme ça. Lui, c’est un All-Black, moi je ne suis rien du tout. Donc c’est très bien et ça me plaît." Mais Sacha Lotrian alerte : "On est dans un club où l’on n’aime pas se faire marcher dessus."

    Laura Causanillas
     
    Océan, cat'alain et Cata'tonique aiment ça.