• Rentre dans la mêlée des discussions enflammées ! :) Inscris toi en 2 minutes, et même en 10 secondes grâce à ton compte Facebook ! Les supporters t'attendent pour partager des avis ! JE M'INSCRIS ›››

Pyrénées-Orientales Les deux tiers des saisonniers ne connaissent pas leurs droits

philippe78

Visiteur
Saisonniers, vous ne pouvez pas travailler plus de deux jours sans contrat. Toutes les heures travaillées en plus de celles prévues dans votre contrat doivent vous être payées. Des règles évidentes pourtant ignorées par la plupart de ceux qui estiment avoir eu la chance de dégoter un emploi cet été dans les stations balnéaires.

A l’image de ce jeune homme croisé par la “caravane CGT des saisonniers” dans les rues d’Argelès, mercredi matin. « C’est l’été. C’est comme ça », répond-il avec fatalisme à Sabine Génisson, membre de la direction nationale CGT chargée des saisonniers qui lui demande si ses conditions de travail sont acceptables.

Des patrons qui ne paient pas

Depuis deux ans maintenant, les syndicalistes sillonnent les plages en été et partent à la rencontre des saisonniers. A Argelès, ils ont reçu un accueil favorable des vendeurs et autres serveurs embauchés pour l’été, heureux d’apprendre qu’ils avaient des droits.

L’information est bien la mission essentielle que s’est fixée la CGT. Selon Sabine Génisson, 65% des employés temporaires ignorent la législation. Une tendance que constate également Liberto Plana, délégué syndical CGT dans les P.-O. et conseiller prud’homal. «En septembre, on reçoit à Perpignan, de nombreux saisonniers pour des litiges ». Certains employeurs ne paient pas les heures supplémentaires ; d’autres, encore moins scrupuleux, ne versent pas le dernier mois de salaire ou proposent de payer “de la main à la main”.

Certains trompent purement et simplement leurs employés. A l’image de cette jeune fille qui a travaillé 36 heures par semaine pendant 15 jours, sans contrat, et a découvert au moment de signer que le contrat écrit ne prévoyait que 30h/semaine… En 2010 dans les Pyrénées-Orientales, 19 000 saisonniers avaient officiellement travaillé. L’an dernier encore, la région se plaçait en deuxième position avec 100 000 contrats signés (contre 150 000 en Provence-Alpes-Côte- d’Azur).

Des conditions de logement inhumaines

Si le Languedoc-Roussillon reste la région qui emploie le plus fort taux de jeunes (74% des saisonniers ont moins de 30 ans), la tendance évolue. «Forcément, beaucoup d’étudiants restent dans la région pour travailler en été mais le département étant extrêmement précarisé, de nombreux chômeurs se tournent aussi vers l’emploi saisonnier, faute de mieux», constate Pierre Place, secrétaire général départemental de la CGT. Officiellement, les Pyrénées- Orientales comptent 14,5% de chômeurs (selon le BIT). «Et l’emploi qui résiste reste extrêmement précarisé », reprend Pierre Place.

Jeunes et moins jeunes se retrouvent ainsi en concurrence dans la course aux jobs d’été. Et forcément, les patrons peu scrupuleux le savent et en profitent. «Dans un autre département, nous avons rencontré un jeune homme censé être logé par son patron. En guise de chambre, il avait une pièce de 6 m2 avec un simple robinet d’eau froide et deux matelas jetés par terre au fond d’un hangar agricole qui servaient à stocker du matériel ».

Source l'Indépendant



Pauvre département:(
 

Carto

Dieu du forum
MEMBRE PREMIUM
Inscrit
25 Juillet 2012
Messages
32 971
Réactions
4 552
Ville
x
Ainsi va le monde , cahincaha .
 
Haut Bas