• Rentre dans la mêlée des discussions enflammées ! :) Inscris toi en 2 minutes, et même en 10 secondes grâce à ton compte Facebook ! Les supporters t'attendent pour partager des avis ! JE M'INSCRIS ›››

Aigreur(s) et décadences

YannXV

USAPiste bavard
Inscrit
16 Octobre 2012
Messages
79
Réactions
0
Bonsoir,

Tout comme vous je suis très déçu, attristé depuis samedi. Tout comme vous j'ai été ému par le spectacle offert en fin de match par nos joueurs. Je suis convaincu que les larmes étaient sincères malgré les plans de carrière de chacun.

En revanche je suis attéré par le comportement de certains forumeurs qui se lâchent littéralement sur les joueurs qui quittent le club. Tao 5 est une pleureuse, Petit Tao est un gros lard, Guilhem est un lâche (il va cirer le banc parait il)... j'en passe et des meilleures.

Est il possible, vous qui critiquez le rugby moderne, professionnel et mercantile, d'envisager un joueur comme un être humain et non un produit. Cet être humain fait des choix, il est libre de les faire et nous devons les respecter ( au pire les ignorer).

Imaginez vous, chefs de famille, l'entreprise dans laquelle vous êtes salariés bas de l'aile, vous aimez cette entreprise mais la boite d'á coté vous propose un meilleur salaire et des perspectives d'avenir, QUE FAITES VOUS?

Un peu de retenue, je vous en prie.
 

Flying Seal

Passe du temps sur le forum
MEMBRE PREMIUM
Inscrit
27 Juillet 2012
Messages
4 301
Réactions
3 914
Critiquer des joueurs qui prennent des précautions quant à leur avenir, sur un forum où certains louchaient il y a quelques mois sur l'effectif de Biarritz et les "bons coups" qu'il y aurait à faire (Lakafia pour ne citer que lui) ... il y a effectivement des claques qui se perdent.
 

Carança

USAPiste impliqué
Inscrit
23 Août 2012
Messages
736
Réactions
1 112
Le joueur est mobile, à quelques dinosaures près (Marty, Perez, Vilaceca).
Le supporter, lui, est par définition immobile, lié à son territoire.
Même s'il bouge, il reste fidèle. Au contraire, ce lien l'attache à distance.
Entre le mobile et l'immobile, la séparation est forcément cruelle.

Je crois qu'on peut pleurer sincèrement de voir son club descendre et penser à son avenir. Voire même avoir imaginé ce cas de figure sans trahir son maillot.
On ne peut demander à un joueur, surtout s'il est jeune, de devenir immobile.
Mais, de la même manière, on ne peut pas demander à un supporter d'aimer son geste.

De toute façon, le supporter est condamné à la souffrance.
Il est dans la nature du supporter d'aimer une équipe qui perde puisqu'il n'en changera pas.
Cela n'empêche quelques moments de répits, un titre par exemple. Ou, pire, une série de titres.
Mais ils sont d'autant plus cruels qu'ils se font passer pour durables alors que ce sont des instants volés dans un océan d'abattement.
Nous sommes au bout d'un cycle. Au fond du trou.
Comme nous sommes Catalans, le cycle est violent, exacerbé, exagéré.
Et les réactions qui vont avec le sont aussi.
Rien de bien méchant.
 

Undelraco

USAPiste sérieux
Inscrit
27 Août 2012
Messages
1 953
Réactions
766
Le joueur est mobile, à quelques dinosaures près (Marty, Perez, Vilaceca). Le supporter, lui, est par définition immobile, lié à son territoire.Même s'il bouge, il reste fidèle. Au contraire, ce lien l'attache à distance.Entre le mobile et l'immobile, la séparation est forcément cruelle.Je crois qu'on peut pleurer sincèrement de voir son club descendre et penser à son avenir. Voire même avoir imaginé ce cas de figure sans trahir son maillot.On ne peut demander à un joueur, surtout s'il est jeune, de devenir immobile.Mais, de la même manière, on ne peut pas demander à un supporter d'aimer son geste.De toute façon, le supporter est condamné à la souffrance.Il est dans la nature du supporter d'aimer une équipe qui perde puisqu'il n'en changera pas.Cela n'empêche quelques moments de répits, un titre par exemple. Ou, pire, une série de titres.Mais ils sont d'autant plus cruels qu'ils se font passer pour durables alors que ce sont des instants volés dans un océan d'abattement. Nous sommes au bout d'un cycle. Au fond du trou.Comme nous sommes Catalans, le cycle est violent, exacerbé, exagéré. Et les réactions qui vont avec le sont aussi.Rien de bien méchant.
Bien dit. Beaucoup de réactions sont excessives mais elles sont assez vite contrebalancées. Le supporter qui critique les joueurs professionnels parce qu'ils font une carrière oublient :- Que les joueurs pro ne peuvent plus beaucoup faire des études longues et que leurs salaires, même élevés sont modestes comparés à ce que touchent footeux et basketteurs et donc ne permettent pas de vivre après la retraite sportive. Un joueur de 25 à 30 ans qui est international même s'il n'est pas titulaire indiscutable, ne peut pas demeurer trop longtemps dans un club de bas de tableau et plus encore en ProD2. - Pour ceux qui travaillent, et nous sommes quelques uns à le faire, on attend aussi un salaire ou des revenus, un boulot intéressant, éventuellement des responsabilités à prendre et des choses nouvelles ou inédites à faire. Aussi quand on n'est pas bien au boulot ou que l'on a l'impression de stagner, de pas être payé à sa valeur ou d'être traité avec un peu d'attention, on regarde ailleurs ... pourquoi les joueurs de rugby seraient différents ?Quand l'intérêt sportif, l'intérêt financier et la curiosité ou l'envie de découverte vont dans le même sens, c'est difficile de retenir le joueur malgré l'affectif, l'habitude, l'entourage ou la qualité de jeu et de vie. Et j'ai l'impression que depuis que Brunel est parti ni les dirigeants ni le staff n'ont su cultiver tout ce qui fait qu'un joueur peut freiner ses ambitions parce qu'il y a un projet qui lui plait et qu'il se sent bien et reconnu. C'est normal à mes yeux que les joueurs de niveau international ne restent pas. Ce qui le serait moins c'est que partent des joueurs moyens, ce qui voudrait dire qu'ils ne croient pas à un rebond rapide.
 
Haut Bas