Vous ne voulez plus avoir de publicité sur le site ? Abonne-toi et deviens membre Premium !  >>> Je m'abonne <<< 

Paul Goze, homme de l'ombre

Discussion dans 'Forum TOP14' créé par vidalou, 14 Avril 2014.

  1. Rentre dans la mêlée des discussions enflammées ! :) Inscris toi en 2 minutes, et même en 10 secondes grâce à ton compte Facebook ! Les supporters t'attendent pour partager des avis !
    JE M'INSCRIS ›››
    Rejeter la notice
Tags:
  1. vidalou

    vidalou USAPiste bavard

    Messages:
    301
    Notations:
    +47 / 0 / -0

    Partager cette page

    l equipe parle de goze.




    Un personnage d’importance est passé presque inaperçu, ces temps derniers, et pourtant, il ne passe pas inaperçu. Il y a du Ferrasse en lui, et même un peu plus si l’on considère sa stature. Imposante. Comme Tonton, c’est un deuxième-ligne de devoir, et il va falloir lui trouver, très vite, un surnom. La signature LNR-Canal + revue à la hausse, c’est lui. L’accord entre les clubs et les fédérations au sujet de la prochaine Coupe d’Europe, c’est toujours lui.

    Vous l’aviez deviné, il s’agit de Paul Goze. Le Catalan. Président de la LNR. Successeur de Serge Blanco et de Pierre-Yves Revol. Souvenez-vous, personne ne misait sur lui. Et pourtant, il est arrivé à ses fins. Quand il a décidé de dénoncer l’accord historique entre Canal + et le Top 14 et celui, tout aussi ancré, liant les clubs français et l’ERC, il a joué gros.

    Sûr de lui, et à peine débarqué à la présidence, il s’était donc jeté comme un junior sur les deux plus importants dossiers du rugby pro français. «C’est le plus gros bluff de l’histoire de la LNR. Soit vous perdez tout soit vous empochez tout.» Je me souviens qu’il avait souri, pas démonté par les enjeux, énormes, quand nous avions évoqué les cartes qu’il tenait dans sa main.

    Il a joué et gagné. Bravo à lui. Le Top 14 est revalorisé, la prochaine Coupe d’Europe remodelée selon ses souhaits. Dans les deux cas, une grosse manne pour le rugby pro français. Pourtant, vous ne l’entendez pas. Il a la victoire modeste, Paul Goze. J’en connais qui auraient hurlé au succès, s’en seraient arrogé la paternité. Pas de cela chez l’ancien président de l’USAP.

    Dans quelques années, la chronique retiendra qu’à la façon d’Albert Ferrasse travaillant contre vents, marées et Celtes pour faire passer l’idée d’une Coupe du Monde, et avec un sens politique digne de Bernard Lapasset au moment d’accorder l’organisation de l’édition 2007 à la France, Paul Goze, toutes proportions gardées, a pesé dans l’histoire contemporaine du rugby.

    Je sais, ça n’a rien de glamour, et pourtant… Voilà le Top 14 à la hauteur financière – enfin presque - de ce qu’il mérite et la Coupe d’Europe hissée à un niveau supérieur, sportivement, économiquement et politiquement. En acceptant d’être élu à la tête du rugby pro, il y a deux ans, Paul Goze s’était fixé ces deux objectifs, fédérant autour de lui carpes et lapins, vieux renards et jeunes loups, anciens internationaux, entrepreneurs et propriétaires.

    Je n’ai pas cru, au départ, que celui que certains comparent à un roi podagre pourrait s’inscrire dans la modernité, défier au profit de l’élite des clubs français les monopoles télévisuels et les institutions européennes dans un même mouvement. Je me suis trompé. En revanche, en cas de victoire, je savais qu’il n’y aurait aucun triomphalisme chez celui qui a, naguère, permis à l’USAP de tutoyer les sommets.

    D’ailleurs, quels sont aujourd’hui les sentiments de Paul Goze à l’égard de son club de cœur qui peine à éviter la descente en ProD2 après avoir été finaliste du Championnat en 1998, 2004 et 2010, remportant le bouclier de Brennus en 2009, lui qui a œuvré rudement au sein du pack catalan et relevé quelques défis en même temps que certaines mêlées ? Son départ d’Aimé-Giral, à l’époque passé presque inaperçu, n’a pas été comblé, visiblement.

    Pour conclure, et avant de partir quelques temps en vacances, je vous propose cette saillie du Dacquois Pierre Albaladejo, jamais à court de ce qu’on pourrait considérer comme un aphorisme : «Les supporteurs se demandent toujours s’il faut recruter tel ou tel joueur. Pour ma part, j’ai toujours pensé qu’il fallait d’abord les entourer de dirigeants de qualité.» Et d’ajouter, pour faire bonne mesure : «Un bon dirigeant vaut trois grands joueurs.» Alors, d’après vous et à l’aune de ses succès, combien pèse Paul Goze ?
     
  2. fed66

    fed66 USAPiste impliqué

    Messages:
    516
    Notations:
    +0 / 0 / -0
    Je pense que Goze c'est un homme à l'ancienne, roublard, avec un côté Mitterand.

    C'est plus facile a posteriori, mais on peut dire que son succès à la LNR est celui d'un homme de coups, qui a le courage d'assumer une position politique ferme (même s'il partait avec du biscuit vu l'alliance avec les anglais et la concurrence de BeIn), dans un monde actuel du consensus mou, du politiquement correct.
    Je ne suis même pas sûr qu'il ait des convictions précises à la base sur ces 2 sujets, mais quand il prend une ligne, il la tient solidement, et c'est ce qu'on aimerait voir plus souvent à propos de sujets bien plus sérieux.

    Par contre, pour l'USAP, c'était aussi un président à l'ancienne, et donc plutôt dépassé par la mondialisation à outrance du rugby et par la course à l'armement des budgets en quelques années (que personnellement j'ai de plus en plus de mal à accepter), même s'il a su jouer sur quelques coups là aussi - Carter, Matemale - pour faire monter l'équipe d'un cran, devenant la meilleure équipe du Top 14 pendant 2 ans.
     
  3. fed66

    fed66 USAPiste impliqué

    Messages:
    516
    Notations:
    +0 / 0 / -0
    A titre personnel par contre, je pense qu'à long terme, on court vers la destruction du rugby gallois (en bonne voie), écossais (c'est presque réussi), et irlandais, avec cette réforme de la Coupe d'Europe.
     
  4. jfm66

    jfm66 Passe son temps sur le forum

    Messages:
    4 467
    Notations:
    +34 / 0 / -0
    Putain il parle du même Goze que celui que nous avons eu à l'USAP? Celui qui a runié le club et choisit un coup Delmas puis Delpoux comme manager?

    C'est pas possible, c'est [MENTION=1239]Marco[/MENTION] qui a fait l'article!
     
  5. icalana

    icalana USAPiste impliqué

    Messages:
    1 779
    Notations:
    +4 / 0 / -0
    OUI LE FOSSOYEUR DE L'USAP :263770:haha:263770:haha
     
  6. Fox Mulder

    Fox Mulder USAPiste bavard

    Messages:
    382
    Notations:
    +0 / 0 / -0
    Au moins il a trouvé sa voix.
    Certains grands chefs d'entreprise, au sens "entrepreneur" seraient de piètres politiciens car ils ne sauraient pas louvoyer en fonction du vent et de très grands politiciens auraient été incapables d'obtenir des résultats dans une entreprise.

    Goze n'a pas su gérer l'USAP, et on peut le remercier de ne pas s'être accroché à son poste lorsqu'il a vu qu'il précipitait l'USAP dans le mur.
    S'il était parti plus tôt nous ne serions peut-être pas dans notre situation actuelle mais au moins son départ laisse une chance à des personnes plus compétentes de rebatir quelque chose.

    Et effectivement Goze est un homme de coup, un opportuniste qui sent les coups politiques et sait les exploiter.
    A défaut de savoir gérer, de savoir inover, il a cette grande qualité.
    En cela il est fait pour un poste de dirigeant du rugby français avec tous les coups bas que cela entend...
    Souhaitons lui une carrière à la Ferrasse mais j'ai bien peur que l'USAP n'ait pas les retombées qu'avait eu le SUA à l'époque...
     
  7. Maury

    Maury Passe sa vie sur le forum

    Messages:
    5 044
    Notations:
    +274 / 0 / -0
    a ceux qui pensent que ceux qui sont aujourd'hui a la tete de l'USAP sont plus competents que Goze,je donne rendez vous dans deux ans pas plus et on verra ou en sera l'USAP
     
  8. Le Cady

    Le Cady USAPiste impliqué

    Messages:
    1 421
    Notations:
    +24 / 0 / -0
    Ah ceux ki ke ki ke... et on en reparle
    +1 avek kopin Maury !
     

Partager cette page