USAP Espoirs : le rêve évanoui - Lindependant.fr

Discussion dans 'Forum Top14' créé par Articles de presse, 7 Juin 2021.


Vous ne voulez plus avoir de publicité sur le site ? Abonne-toi et deviens membre Premium !  >>> Je m'abonne <<< 
  1. Offre spéciale aux membres du forum : Vin Lafage à -30% pendant le confinement ! Rendez-vous sur ce sujet : !!! CLIQUEZ ICI !!!
    Rejeter la notice
  1. Articles de presse

    Articles de presse Passe son temps sur le forum

    Messages:
    4 310
    Dans une finale à couteaux tirés, les Catalans auront dominé avant d’assister, impuissants, au réveil des Toulousains. Et de laisser filer ces derniers vers le titre (22-29)…

    Lire la suite ...
     
  2. cazac

    cazac USAPiste impliqué

    Messages:
    1 291
      • USAP Espoirs : le rêve évanoui
      • [​IMG]
        Le rêve évanoui
      • [​IMG]
        Les Catalans ont marqué 3 essais, soit 1 de plus que leurs adversaires du jour... Independant - GOT OLIVIER
      Rugby à XV, USAP, Perpignan, Sport
      Publié le 07/06/2021 à 12:00


      Dans une finale à couteaux tirés, les Catalans auront dominé avant d’assister, impuissants, au réveil des Toulousains. Et de laisser filer ces derniers vers le titre (22-29)…

      USAP 22 - Toulouse 29


      BÉZIERS (stade Raoul-Barrière). Mi-temps : 19-12. 1 000 spectateurs. Arbitre : M. Lasausa Lespy Labaylette, assistés de Mms. Sacarot et Roche.
      Pourl’USAP: 3 essais de Taofifenua (17), Ramasibana (28), Tuilagi (39), 2 transformations (17, 39) et 1 pénalité (50) d’Olender.
      Pour Toulouse: 2 essais de Cramont (57), Brennan (59), 2 transformations et 5 pénalités (9, 20, 32, 35, 45) d’Idjellidaine.
      Carton jaune: Jeune-Joly (57) à l’USAP.
      USAP: Darrelatour – Séguéla, Vaitulikina, Tuilagi Jr, Plana – (o) Olender, (m) Jeune-Joly – Bertheau, Moro, Montagne (cap.) – Ramasibana, Ma’afu – Shengelia, Taofifenua, Berguet. Puis Montgaillard, Gironès, Mezaache, Mas, Perez, Randle, Hostalrich, Ciancio.



      Au coup de sifflet final, le contraste est saisissant. D’un côté, les empoignades de Toulousains ivres de joie : on se congratule, on célèbre la victoire en chantant (29-22)… Et de l’autre, un Nino Séguéla atterré, incapable de se relever, pris aux tripes de voir ses ex-compagnons soulever le bouclier. Lui qui rêvait tant de ce bout de bois… Son meilleur pote Joshua Brennan, beau joueur, viendra le relever et lui donner une belle accolade, eux qui étaient cul et chemise quand le supersonique ailier catalan évoluait sur les bords de la Garonne. Mais là, pas de place pour le chambrage, la douleur est trop intense.

      Les yeux sont humides, l’échec dur à avaler, mais dans quelques jours, quelques semaines peut-être, les Roussillonnais auront le droit de regarder leur parcours avec fierté.

      Trois minutes fatales
      Face aux Stadistes que tout le monde annonçait triomphants avant l’heure, ils ont clairement touché du doigt ce bouclier tant désiré. Et n’ont pas à rougir de la qualité de leur prestation réalisée au terme d’une saison dantesque.

      Ce combat des chefs, justement, était à l’image de leur saison. Après un démarrage timide, et une ouverture du score par le demi de mêlée toulousain Théo Idjellidaine (0-3, 9), les Catalans se mettaient petit à petit en ordre de marche. Audacieux même, ils osaient filer en pénaltouche, alors qu’Éole décidait de souffler contre eux. Choix payant, puisqu’après une première cocotte surpuissante, Taofifenua s’extirpait de là et filait en terre promise pour la première banderille de la partie. Idjellidaine se chargeait une nouvelle fois de rapprocher les siens grâce à sa botte magistrale hier (7/7). 7-6 pour l’USAP, alors que l’on approchait de la demi-heure de jeu. C’est alors que le funambule fidjien Ramasibana faussait compagnie à tout le monde sur le côté droit et plongeait tel un acrobate sous les yeux émerveillés d’Ewan Bertheau ! On pensait alors Guillaume Cramont et ses comparses sonnés, mais il n’en fut rien. Ces derniers revenaient à 12-12, se nourrissant des fautes usapistes… et alors que les agrumes n’étaient pas loin, le surpuissant Tuilagi enfonçait tous sur son passage et marquait le troisième essai des siens juste avant la pause !

      Le timing était parfait, et les hommes de David Marty et Guillaume Vilaceca en tête à la pause, 19-12.

      Jusqu’à la cinquantième, l’USAP tenait la dragée haute à des Haut-Garonnais qui commençaient même à s’impatienter. Mais petit à petit, ces derniers appuyaient sur l’accélérateur, jusqu’au tournant du match. Peu avant l’heure de jeu, Cramont et Brennan inscrivaient deux essais en trois minutes à peine et assénaient un coup terrible sur les têtes "sang et or".

      Sonnés, les Usapistes jetaient alors leurs dernières forces dans la bataille mais ne parvenaient pas à inverser la tendance. La magie n’opérait plus, la machine était grippée et peu à peu, leurs ultimes espoirs de titre s’envolaient. Contraints et forcés, ils voyaient les Haut-Garonnais chanter, communier avec leurs supporters. Cruelle issue pour les jeunes Usapistes qui ont fait preuve de caractère et de talent pour se hisser jusqu’en finale. Une chose est sûre : ils ont montré tout au long de la saison qu’ils avaient les ressources pour se relever de cet échec et revenir encore plus forts.

      Ils ont dit...
      Guillem Montagne (flanker et capitaine des Espoirs) :
      « Il faut être fiers dans la défaite, car nous avons fait un super parcours. Nous avons mené durant cinquante minutes, et ils n’ont pas fait grand-chose, finalement. Devant, nous subissons un peu, nous prenons un jaune… Après, ils ont des mecs champions du monde, des mecs qui jouent en pros, un banc aussi fort que les titulaires. C’était compliqué. C’est chiant pour tout le monde, mais si nous devions refaire le match, nous le referions exactement pareil, même si nous avons été un peu défaillants. Je suis fier quand même, fier du groupe, et je ne changerais aucun joueur avec l’effectif de Toulouse ».
      Nino Séguéla (ailier de l’USAP) : « Nous menons à la fin de la première mi-temps, bien que nous fassions un peu de la m… Nous marquons trois essais, mais comme nous l’avions dit, ça ne suffit pas de marquer des essais. Il fallait être disciplinés. Ils ont été bons, mais nous leur laissons le match. Avant la pause, nous devons tuer le match, et nous n’avons pas su le faire. L’année prochaine, nous allons revenir plus forts, et essayer d’aller le chercher. Cette finale ternit un peu la saison, mais elle n’efface pas tout ce que nous avons fait. Je suis fier de jouer pour l’USAP, et de jouer avec ces gars-là ».
      Guillaume Vilaceca (entraîneur des avants de l’USAP) : « Nous avons rivalisé et tenu la barre jusqu’à l’heure de jeu, et après la fatigue, deux ou trois approximations… C’est le haut niveau et nous sommes punis de suite. Après, nous le savions. C’est une grande équipe en face, deux incursions, deux essais en peu de temps. Mais nos joueurs peuvent être fiers d’eux, parce qu’ils les ont fait douter. Et il n’y a rien à regretter ».
      Kilian Taofifenua (talonneur de l’USAP) : « Le ressenti du match, c’est que nous le perdons un peu seuls. Trop de fautes, et en deuxième mi-temps, nous subissons leur jeu. Nous étions prévenus. Nous voulions les jouer, mais nous sommes tombés sur plus costauds. C’était une belle équipe. Mais nous étions présents, c’est ce qu’il faudra retenir. Et nous travaillerons ce qu’il faut pour être plus présents l’année prochaine ».



      Gumiel Mickaël