USAP : Duguivalu rêve de jouer avec les Fidji - Lindependant.fr

Discussion dans 'Forum Top14' créé par Articles de presse, 4 Janvier 2022.


Vous ne voulez plus avoir de publicité sur le site ? Abonne-toi et deviens membre Premium !  >>> Je m'abonne <<< 
  1. Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.
  2. Rentre dans la mêlée des discussions enflammées ! :) Inscris toi en 2 minutes, et même en 10 secondes grâce à ton compte Facebook ! Les supporters t'attendent pour partager des avis ! JE M'INSCRIS ›››
    Rejeter la notice
  1. Articles de presse

    Articles de presse Passe sa vie sur le forum

    Messages:
    5 103
    Notations:
    +383 / 8 / -6
    Le Fidjien Duguivalu, enfin épargné par les blessures, a confirmé tout son potentiel depuis le début de saison. Il rêve que l’USAP lui serve de tremplin pour jouer un jour avec les Fidji. Il postule pour être dans le...

    Lire la suite ...
     
  2. cazac

    cazac USAPiste impliqué

    Messages:
    1 753
    Notations:
    +2 820 / 11 / -4
    USAP : Duguivalu rêve de jouer avec les Fidji
    ABONNÉS
    • [​IMG]
      Aliveriti Duguivalu est surnommé "Freddy" par ses coéquipiers de l'USAP. Independant - Clementz Michel
    Sport, USAP, Top 14, Rugby à XV
    Publié le 04/01/2022 à 19:45
    Le Fidjien Duguivalu, enfin épargné par les blessures, a confirmé tout son potentiel depuis le début de saison. Il rêve que l’USAP lui serve de tremplin pour jouer un jour avec les Fidji. Il postule pour être dans le groupe de l'USAP qui affrontera Biarritz samedi 8 janvier 2022 à Aguiléra.

    Enfin ! Enfin, Alivereti Duguivalu, surnommé « Freddy » dans le vestiaire de l’USAP, confirme cette saison tout le talent que les observateurs décelaient en lui, mais qu’il n’avait pu trop exprimer depuis son arrivée à Perpignan, en 2016. La faute à une succession de blessures qui retardèrent son éclosion.
    Cherchez l’erreur… Depuis son premier match sous le maillot de l’USAP, le 2 mars 2018 à Nevers, Duguivalu a joué une quinzaine de matches… en quatre saisons ! « Pour progresser au plus haut niveau, il faut avoir la chance de ne pas être blessé, explique à ce sujet le coach catalan, Patrick Arlettaz. Or, depuis qu’il est avec nous, Freddy a vu plus souvent le kiné que moi ! Il était en permanence en période de reprise... On le faisait rejouer avec les jeunes, et quand il revenait avec nous, il n’était pas très performant et c’était normal. Ça a été son lot pendant quatre ans. »
    Quatre ans de doutes pour le club qui l’avait fait venir de ses Fidji natales, sur les conseils de Franck Boivert, l’œil sang et or du rugby fidjien. « C’est lui qui m’a appris à jouer dans les défenses, à viser les intervalles », raconte le jeune Fidjien. Quatre longues années avant de pouvoir démontrer son véritable talent, que l’on désespérait de voir à l’œuvre un jour. Et puis le déclic ! Cette saison, « Freddy » enchaîne les matchs et les prestations de haut niveau. À l’aile comme au centre. Onze rencontres disputées depuis le début du Top 14. Pour le plus grand bonheur de ses entraîneurs. « On a toujours cru à son potentiel, assure Arlettaz. On a été têtus là-dessus, même si on a été découragés de temps en temps. Il a dû surmonter beaucoup de blessures qui venaient embêter son éclosion. Il a une marge de progression et il faut qu’il joue. Cette saison, il enchaîne les matchs, il progresse et il est bon. »


    Deux ans de plus à l’USAP


    Les dirigeants catalans n’ont pas hésité. Ils ont fait resigner « Freddy » deux saisons supplémentaires. Le talent du garçon avait déjà tapé dans l’œil de quelques sergents recruteurs. Et l’USAP n’avait pas envie de revivre la mésaventure vécue la saison dernière avec les départs d’Alban Roussel ou Quentin Walckert, fruits de la formation catalane partis éclore sous d’autres cieux. Avec son sourire d’adolescent et ses quelques mots de français, Freddy avoue se sentir bien sous le ciel, souvent ensoleillé, de Perpignan. Il adore aller se balader sur la plage, à Canet, avoue avoir goûté les boles de picolat… Et savoure son premier contrat chez les pros. il le remplit de fierté, lui et son père, Esala Nauga, entraîneur de la province de Nadroga. « Mon père était fier, raconte « Freddy ». Fier que je puisse réaliser mon rêve. Qui était un peu le sien aussi… » Depuis sa sortie du lycée, Duguilavu n’avait qu’une idée, fixe, en tête. Se prouver qu’il était capable de suivre la voie tracée par les Nadolo, Ratuva, grandis comme lui du côté de Nadroumai, et de jouer avec les meilleurs. Son arrivée en France ne fut pas facile. « J’avais 18 ans, je n’avais jamais quitté la province de Nadroga et les Fidji, se souvient-il. Quand Franck a appelé Bruno Rolland, pour proposer mes services, j’étais très excité. Puis au bout d’une semaine à Perpignan, je voulais repartir. Je ne connaissais personne, je ne parlais pas un mot de français. À l’entraînement avec les Espoirs, David (Marty) expliquait ce qu’il voulait à ceux qui parlaient anglais, et ils venaient me donner la traduction. Heureusement, je pouvais échanger avec Andrea Cocagi. Il m’a persuadé de rester… »
    « Freddy » a surmonté toutes les embûches. S’est relevé de toutes les blessures. La saison passée, il a refusé de se faire opérer l’épaule gauche, malgré les avis médicaux. « Elle n’était pas cassée… », s’amuse-t-il. Sa persévérance a fini par payer. Il sait qu’à dix-sept mille kilomètres de Perpignan, Esala Nauga, son père qui a joué contre les Français en tournée, en 1998, et sa mère Amele, qui l’appelle toutes les semaines, sont fiers de leur petit « Freddy ». Lui veut juste continuer sur sa lancée. « M’améliorer encore et éviter les blessures… » Et qui sait ? Poursuivre son prochain rêve, celui d’enfiler un jour le maillot des Fidji ! « Moi aussi, j’aimerais porter le jersey fidjien comme Melvyn (Jaminet) l’a fait avec le XV de France… » Pour y parvenir, il doit enchaîner les matches, qui forgent l’expérience. Celui qui l’attend du côté de Biarritz, samedi 8 janvier 2022, entre dans cette catégorie. S’il parvenait à son objectif, sûr que Franck et Esala ne pourraient retenir une petite larme, du côté de Nadroga…

    Gilles Navarro
     
    • J'aime J'aime x 8
    • Merci pour l'info Merci pour l'info x 3
    • List
  3. 9catalan

    9catalan Passe sa vie sur le forum

    Messages:
    5 707
    Notations:
    +2 051 / 134 / -12
    Très touchant ! Ces types ont quand même de sacré tripes pour traverser la planète à 18 ans ..
     
  4. jo basile

    jo basile Passe sa vie sur le forum

    Messages:
    6 030
    Notations:
    +2 730 / 135 / -34
    Autant que ceux qui traversent la Méditerranée ou la Manche mais avec une grosse différence , lui, il a emprunté un avion.
     
    • J'aime J'aime x 1
    • C'est drôle C'est drôle x 1
    • List
  5. KeyvAnalyse

    KeyvAnalyse USAPiste impliqué

    Messages:
    1 036
    Notations:
    +2 956 / 14 / -3
    La stat : c'est le troisième joueur à battre le plus de défenseurs en Top 14 cette saison derrière Tuisova et Dupont, rien que ça !

    https://www.midi-olympique.fr/2022/01/09/loscar-de-la-semaine-duguivalu-la-bombe-a-retardement-a-explose-aguilera-10035942.php?fbclid=IwAR3iPY13yqOi603-VlnfWf1U3xcCkOn6NSHmhQCrGHZIVbxgzI4weAmusj0

    L'oscar de la semaine : Duguivalu, la bombe à retardement a explosé Aguilera

    image.png
    Semaine après semaine, le Catalan Alivereti Duguivalu s’impose comme une des sensations de la saison. Et comme une des nouvelles terreurs des défenses du Top 14.

    Samedi, le Fidjien de 24 ans, troisième joueur à battre le plus de défenseurs cette saison derrière Tuisova et Dupont, a signé son premier doublé dans l’élite lors de la cruciale victoire de l’Usap sur la pelouse de Biarritz : malicieusement servi par Tom Ecochard sur le côté fermé, l’ailier a tout d’abord fait parler son explosivité et sa solidité en résistant à deux plaquages pour aplatir en coin ; puis, isolé en bord de touche, il s’est montré adroit à la réception d’un délice de passe au pied de Tristan Tedder. En cinq courses, Alivereti Duguivalu aura eu un impact déterminant, avec, outre ses deux essais, un franchissement sec. Ce 8 janvier sera donc marqué d’une pierre blanche dans la carrière de celui qui a posé ses bagages en 2017 à Perpignan. « On en connaissait le potentiel mais l’on commençait à s’impatienter », reconnaissait, il y a quelques semaines, Patrick Arlettaz. Doté de qualités physiques mais aussi techniques au-dessus de la moyenne, le polyvalent trois-quarts avait vu sa montée en puissance contrariée par une succession de blessures. En quatre saisons, il n’avait disputé que quinze matchs, laissant entrevoir trop rarement son talent. Son éclosion survient au meilleur des moments pour l’Usap. « Il nous manque un ou deux joueurs exceptionnels de temps en temps », avait admis le manager. Avec Alivereti Duguivalu, à la fois détonateur et finisseur, ailier et centre, l’Usap s’est trouvé un nouveau facteur X. Le pari pris en 2017 par Bruno Rolland est en train de payer. Les supporters du BO ont pu le constater à leurs dépens, samedi, et ne l’oublieront pas de sitôt. Les adeptes d’Aimé-Giral s’en frottent, eux, les mains. D’autant plus que les dirigeants sang et or ont eu la bonne idée de verrouiller leur pépite dès l’automne : Alivereti Duguivalu est désormais lié jusqu’en 2024 avec le champion de Pro D2.