L'Usap vu du Midol .

Discussion dans 'Forum Top14' créé par Carto, 4 Août 2019.


Vous ne voulez plus avoir de publicité sur le site ? Abonne-toi et deviens membre Premium !  >>> Je m'abonne <<< 
  1. Rentre dans la mêlée des discussions enflammées ! :) Inscris toi en 2 minutes, et même en 10 secondes grâce à ton compte Facebook ! Les supporters t'attendent pour partager des avis ! JE M'INSCRIS ›››
    Rejeter la notice
  1. Carto

    Carto Titan du forum

    Messages:
    32 742
    Localité:
    x
    Notations:
    +6 869 / 27 / -11
    Case départ
    Après quatre années d’efforts pour retrouver le Top 14, Perpignan n’est pas parvenu à se pérenniser dans l’élite du rugby français. Comme en 2014, l’expérience et certaines fondations en plus, les Catalans doivent bâtir un nouveau projet de remontée.

    Par Émilien VICENS

    Tomber. Se relever. Tomber encore. Se relever, toujours. Cinq ans après la première relégation de son histoire, Perpignan est de retour dans l’antichambre de l’élite du rugby français. Ce Pro D2 que les Catalans ont mis tant de temps à apprivoiser. Ce championnat long, rude, ingrat et impardonnable que la formation sang et or connaît désormais par cœur. Cette division, où l’Usap s’est engluée des années durant, avant de s’en extirper à force d’abnégation et de travail. Seulement voilà, depuis le triomphe d’Ernest-Wallon, le Top 14, ses mastodontes économiques et ses géants de l’ovalie sont passés par là. Deux victoires et vingt-quatre défaites plus tard, revoilà Perpignan au point de départ. Pas tout à fait pour être exact. Car si les hommes de Patrick Arlettaz devront évacuer une saison dernière catastrophique, rabaissante pour les têtes, usante pour le corps, les Catalans paraissent toutefois mieux préparés qu’en 2014, année de la première relégation de l’histoire du club. « Cette année-là, il y avait eu beaucoup de départs et on devait reconstruire totalement un groupe. Là, ce n’est pas le cas. Il n’y a que six arrivées. On ne repart pas de zéro », assure Tom Écochard. Le demi-de-mêlée, déjà présent au club à l’époque, aux côtés de Guilhem Guirado et David Marty rappelle à quel point cette descente était inattendue et le traumatisme qu’elle a créé au sein du club. « La saison 2013-2014 n’est pas la même que la saison dernière. Il y a cinq ans, la relégation s’était jouée à rien et avec un nombre de points record au classement (51, N.D.L.R.). Nous, notre sort a été scellé bien assez tôt et le club a su anticiper », résume-t-il.

    Bastide : « Les joueurs savent d’où ils viennent »
    Malgré des résultats historiquement mauvais la saison passée en Top 14, le président de l’Usap François Rivière a maintenu une entière confiance envers son staff, lequel a prolongé sa mission au sein du club catalan. Patrick Arlettaz et Perry Freshwater ont alors été imités, quelques semaines plus tard, par la grande majorité des joueurs cadres. Le symbole d’un vestiaire soudé et bien décidé à se battre pour une nouvelle remontée, comme en témoigne le nouveau demi d’ouverture Thibauld Suchier, fraîchement débarqué de Béziers : « Je trouve que les mecs sont travailleurs. On voit qu’ils ont eu une année difficile car dès le premier jour, on sentait qu’ils avaient des choses à se faire pardonner. C’est quelque chose que l’on a retrouvé aussi dans le discours des coaches. » Un constat partagé par Gérald Bastide, nommé entraîneur de la défense. « J’étais venu à Aimé-Giral lors de l’avant-dernier match contre le Racing, et j’avais trouvé des joueurs et des personnes gravitant autour assez abattues. Ce qui était normal, la saison a été très très dure et ça peut se comprendre. Mais après les vacances, on a retrouvé des joueurs avec une volonté de faire beaucoup mieux, avec une envie et un appétit différents que sur la fin de saison dernière. Je crois que la page a été tournée. Les joueurs savent d’où ils viennent, les erreurs à ne pas commettre à nouveau, et surtout les efforts à faire pour retrouver une dynamique positive », s’enthousiasme le nouveau technicien perpignanais, loin d’être étranger à la préparation estivale très intense de son équipe. « Même les entraînements qui sont censés être plus tranquilles, ils piquent toujours un peu », lance Tom Écochard. « On voit que sur certains aspects, on est plus concentré et plus appliqué. L’an passé, on surfait sur une vague de confiance et on s’est peut-être un peu pris pour d’autres. C’est comme ça. Aujourd’hui, tout le monde se remet en question », assume celui qui fut le capitaine des Sang et Or en Top 14. Reste à concrétiser ces ambitions par une saison accomplie, et espérer revivre, au bout de ce nouveau marathon, les mêmes émotions qu’au printemps 2018.

    [​IMG]
     
    • Merci pour l'info Merci pour l'info x 4
    • List
    Dernière édition: 4 Août 2019
  2. Carto

    Carto Titan du forum

    Messages:
    32 742
    Localité:
    x
    Notations:
    +6 869 / 27 / -11
    Stabilité et recrues ciblées

    Par Émilien VICENS

    Arrières > Hormis Julien Farnoux, arrière de formation, plusieurs trois-quarts pourraient occuper ce poste cette saison en Pro D2. Le staff catalan a misé sur la polyvalence de certains de ses hommes. Ailier puis deuxième centre l’an passé en Top 14, l’homme de caractère Mathieu Acebes pourrait en effet porter le numéro 15, tout comme Jonathan Bousquet ou encore Quentin Etienne.

    Ailiers > Arrivé en provenance de l’UBB, George Tilsley est l’une des recrues phares de l’Usap cet été et s’annonce comme une véritable plus-value au sein du trident offensif catalan. Auteur de 14 essais sous le maillot agenais en 2016-2017, le Néo-Zélandais devrait une fois encore faire trembler les défenses de Pro D2. Jean-Bernard Pujol, redoutable finisseur au ratio temps de jeu/essais marqués très élevé, ainsi que Jonathan Bousquet, l’ailier de poche, devraient se partager les titularisations. Nouveau coup dur en revanche pour Wandile Mjekevu. Stoppé par une phlébite la saison dernière, le Sud-africain s’est rompu le tendon d’Achille début juillet.

    Centres > Sione Piukala parti, Perpignan devra compter sur Adrea Cocagi et Afusipa Taumoepeau au centre de son attaque. Si le Fidjien n’aura pas de mal à retrouver son niveau de 2018, l’Australien aura lui la lourde tâche de faire oublier une première saison décevante sous le maillot sang et or. Les deux joueurs seront épaulés par les jeunes Pierre Lucas et Alivereti Duguivalu, auteurs de prestations prometteuses ces derniers mois.

    Ouvreurs > Pour remplacer Paddy Jackson et Enzo Selponi, le staff catalan a fait appel à deux demis d’ouverture habitués à la Pro D2. Après six saisons passées à Béziers, Thibauld Suchier aura la responsabilité du jeu perpignanais. Son profil de franchisseur correspond idéalement au style de jeu voulu par Patrick Arlettaz. Quentin Étienne devrait pour sa part être un sérieux atout grâce à sa polyvalence, à l’arrière ou au poste d’ouvreur. L’ancien joueur d’Oyonnax dispose d’un jeu au pied plutôt long et indispensable à certains moments d’une rencontre. Les Catalans se contenteront ainsi de deux ouvreurs professionnels. C’est Melvyn Jaminet, né en 1999, qui fera office de numéro trois à ce poste.

    Demis de mêlée > Huitième saison avec l’Usap pour Tom Écochard. Capitaine en difficulté l’an passé, le numéro neuf espère renouer avec de solides performances. Il devrait, cette saison encore, avoir le leadership au poste de demi de mêlée, bien que supplée par le dynamiteur Sadek Deghmache et le tout jeune Matteo Rodor, 20 ans à peine lui aussi.

    Numéros 8 > Blessé au coude et non sélectionné avec les Îles Samoas pour la Coupe du monde, Genesis Mamea Lemalu sera l’atout puissance de la troisième ligne catalane. Le poste de numéro 8 s’annonce d’ailleurs très dense avec la présence du technique et polyvalent Karl Chateau et le retour dans les Pyrénées-Orientales du champion de France 2009, Damien Chouly. À 33 ans, l’ancien joueur de Clermont s’est offert un dernier défi en Pro D2, niveau qu’il n’a jamais connu.

    Troisième ligne aile > Autre recrue de haut niveau, le Toulousain Piula Faasalele. Champion de France avec les « Rouge et Noir », le Samoan devrait facilement s’intégrer au collectif usapiste, en compagnie de plusieurs compatriotes et îliens. Parmi eux, Michael Faleafa se fait discret depuis son arrivée en 2017. Mais avec un profil plutôt complet, le Tongien a rarement déçu. Capitaine de touche, Alan Brazo espère de son côté franchir un nouveau cap à 27 ans, même si la concurrence s’annonce très rude. Les entraîneurs catalans misent également sur le retour en forme de l’enfant du pays, Lucas Bachelier. Le plaqueur-gratteur joue de malchance depuis deux ans avec plusieurs blessures successives au genou. Enfin, le prometteur Pierre Reynaud (23 ans) devra gagner sa place pour sa première saison complète chez les pros.

    Deuxième ligne > On retrouve le même attelage qu’en Top 14. Le longiligne Tristan Labouteley continue de monter en puissance et devrait enchaîner les feuilles de match dans son rôle de sauteur en touche et de plaqueur fiable. À ses côtés, le massif Sud-africian Berend Botha sera l’atout puissance et un gage d’expérience. Attention également à Shahn Eru, qui dispose d’un bagage physique conséquent et qui est souvent parvenu à faire des différences dans l’élite du rugby français. Le joueur originaire des Îles Cook s’est imposé comme un véritable facteur X au sein du paquet d’avants. Un pack au sein duquel le guerrier Yohan Vivalda s’est imposé sans difficulté. En bref, voilà une deuxième ligne relativement bien pourvue, d’autant que les jeunes Alban Roussel et Edoardo Iachizzi, respectivement internationaux français et italiens chez les moins de 20 ans, auront aussi leur mot à dire.

    Talonneurs > L’explosif Seilala Lam a fait l’unanimité l’an passé. Résultat, le Samoan est retenu avec sa sélection pour la Coupe du monde et manquera le début du championnat. Son compatriote Manu Leiataua s’est lui blessé au tendon d’Achille et ne sera pas immédiatement disponible. Des absences qui ont poussé le staff catalan à faire appel à Charles Géli. Celui qui a porté le maillot de l’Usap entre 2007 et 2012 évoluait dans le club de Leucate en Fédérale 1 ces derniers mois. Son retour en Catalogne, en qualité de joker médical, est un pari. Suspendu pour les matches amicaux, après avoir reçu un carton rouge en fin de saison dernière, Raphaël Carbou espère de son côté redevenir le numéro un à son poste.

    Piliers > Enzo Forletta a refusé Clermont pour rester dans son club de cœur. Le joueur de 25 ans fera partie des meilleurs gauchers de Pro D2 cette saison. Derrière, Quentin Walcker devrait s’affirmer à 23 ans comme une parfaite doublure. Discret mais efficace depuis son arrivée à Perpignan en 2017, le soldat Yassin Boutemmani couvrira l’axe gauche comme l’axe droit de la mêlée. Sa polyvalence s’est avérée précieuse ces dernières années. À droite justement, l’expérience de Gert Muller et la puissance d’Éric Sione, 140 kg, offrent différents profils. L’interrogation Alex Brown, blessé de longue date, demeurera, elle encore, quelques mois. S’il revient à son meilleur niveau, l’Anglais peut faire très mal. À noter enfin que Nicolas Lemaire (23 ans) et Sacha Lotrian (18 ans) défendront leurs chances au sein du groupe pro.

    c_oc=AQkDxsdDEzgiLr0W_QbRZhOLOv1p2qNOqIumzB5VfQ7IAjdut45xORF591TOLnrzlP0&_nc_ht=scontent.fcdg1-1.jpg
     
    • Merci pour l'info Merci pour l'info x 3
    • Je surkiffe Je surkiffe x 1
    • List
  3. Carto

    Carto Titan du forum

    Messages:
    32 742
    Localité:
    x
    Notations:
    +6 869 / 27 / -11
    « L’agressivité sera le maître-mot »

    GÉRALD BASTIDE - Entraîneur de la défense. De retour à Perpignan, où il a évolué comme joueur dans les années 90, le technicien va entraîner pour la première fois un club professionnel.

    Gérald, c’est la première fois que vous entraînez au sein d’un club professionnel. Pourquoi avoir fait le choix de rejoindre l’Usap ?

    C’est vrai que c’est une première expérience. J’avais envie de retrouver régulièrement le terrain, c’est-à-dire au jour le jour, ainsi que la compétition plus régulièrement que ce que j’avais connu avec la Fédération. J’ai tout fait pour m’intégrer rapidement. Et puis l’avantage, c’est surtout que je connaissais les valeurs que développaient les personnes avec qui j’allais entraîner (Patrick Arlettaz et Perry Freshwater, N.D.L.R.). Pareil pour les joueurs. Je suis content de retrouver notamment des joueurs que j’ai connus en équipes de France jeunes.

    Vous retrouvez-vous dans l’identité et l’ADN de Perpignan ?

    J’ai commencé le rugby à la JOP de Prades, puis j’ai joué à l’Usap. Et c’est vrai que l’on reste marqué toute sa vie par les valeurs que produit ce club. J’étais très content d’être ici en tant que joueur, et je le suis tout autant aujourd’hui en tant qu’entraîneur.
    On vous annonce spécialiste de la défense et de la technique individuelle. Expliquez-nous votre philosophie de jeu et votre fonctionnement…
    On essaye de mettre en place des systèmes cohérents par rapport au collectif et au jeu que l’on veut produire. L’idée, c’est d’être agressif et précis en même temps. Aujourd’hui, je pense que le plus important, c’est la capacité des équipes à bien gérer et à être performantes lors des phases de transition. On a mis l’accent là-dessus, aussi bien que sur les lancements de jeu, les pertes de balles, les montées lorsque l’on joue au pied ou encore lorsque la défense est franchie. C’est le challenge que l’on a, avoir une bonne ligne et être performant et lucide lors des transitions.

    La défense était le gros point faible des Sang et Or la saison passée. Avoir un effectif revanchard est-il une force ?

    Je crois qu’il y avait du travail, mais il y avait aussi une bonne base, une base saine. Le fait d’y travailler et de construire là-dessus est intéressant. Il y a de la revanche et une volonté de faire beaucoup mieux, de se dépasser. L’agressivité sera offensive et défensive. Ce sera le maître mot du projet de cette année. Les joueurs savent d’où ils viennent, les erreurs à ne pas commettre à nouveau, et surtout les efforts à faire pour retrouver une dynamique positive.

    Enfin, quel est votre style de management ?

    Je pense qu’il y a une certaine pédagogie à avoir, et une autonomie aussi. Il faut savoir faire confiance aux joueurs, et être capable de prendre les rênes quand ça ne va pas. Il faut être exigeant avec les joueurs je pense, exigeant et juste. Ces deux points, c’est le meilleur comportement à adopter selon moi. Ce qui est bien fait, il faut le dire. Et ce qui n’est pas bien fait aussi, peu importe le joueur que nous avons en face. Propos recueillis par É. V.

    Voir la pièce jointe 11314
     
    • Merci pour l'info Merci pour l'info x 3
    • List
    Dernière édition: 4 Août 2019
  4. Carto

    Carto Titan du forum

    Messages:
    32 742
    Localité:
    x
    Notations:
    +6 869 / 27 / -11
    c_oc=AQn7Hb8pHbmfDq2PcsdWlNXPpfT1rmZHlWUuUNS0AEcJN_-rfx1ZF_Q4pC_1LF4zMVA&_nc_ht=scontent.fcdg1-1.jpg
     
    • Merci pour l'info Merci pour l'info x 3
    • List
  5. Carto

    Carto Titan du forum

    Messages:
    32 742
    Localité:
    x
    Notations:
    +6 869 / 27 / -11
    L’homme de l’ombre

    KARL CHATEAU - Troisième ligne Joueur technique à ses débuts, Karl Chateau est parvenu à faire évoluer son jeu. À 27 ans, il est un troisième ligne très complet et pourrait devenir un leader de vestiaire.

    «On se croit toujours jeune. Mais maintenant, c’est terminé. Il faut assumer ce rôle de leader désormais, passer une étape sur ce point-là. » À 27 ans, Karl Chateau le sait : la première partie de sa carrière est à présent derrière lui. Six saisons de hauts et de bas, de gloires et de doutes sous le maillot de l’Usap. Six ans de fidélité au maillot sang et or, qu’importent les obstacles et les périodes de disette. Sans broncher, Karl Chateau a parfois encaissé les coups, souvent travaillé dans l’ombre pour briller dans la lumière. Arrivé en 2013 en Catalogne, en provenance des Espoirs du Stade Toulousain, Karl Chateau s’est rapidement montré à son avantage, à tel point que deux ans plus tard, le staff catalan alors en place lui confie le capitanat. Une responsabilité que le jeune troisième ligne avoue avoir mal vécue.

    Une remise en question signée Arlettaz
    « C’était très compliqué pour moi, sportivement et au sein du groupe aussi. Le capitanat n’avait pas été légitime dans le sens où il n’avait pas été voté par les joueurs. Ça a été dur et il a fallu se reconstruire après ça, parce que mes performances n’ont pas été bonnes non plus. J’ai commencé à ressortir la tête de l’eau plus de six mois après », raconte-t-il. Malgré une technique et une agilité ballon en main supérieures aux autres joueurs de son poste, Karl Chateau a été bousculé lors de l’arrivée de Patrick Arlettaz, la faute à son manque de polyvalence. « Il y a eu une grosse remise en question. C’est ce moment-là qui a été le plus dur, parce que j’étais aussi en fin de contrat. Tout a été très clair de suite entre lui et moi. Il savait ce que je pouvais faire, mais pour lui je m’étais enfermé dans un rôle qui ne correspondait plus au rugby qu’il fallait pratiquer et aux attentes du poste », explique Karl Chateau. « J’ai dû passer du profil de joueur qui joue avec les autres et en avançant, à un joueur qui est efficace et qui fait toutes les taches de la troisième ligne, en étant capable de temps à temps d’emmener de l’avancée à l’équipe par sa seule action. La remise en question était celle-ci, et elle a été dure car c’était un changement assez radical pour moi. Mais ça s’est bien passé et c’est aussi pour ça qu’ils ont eu la volonté de me garder », confie-t-il. Auteur de solides prestations en 2017-2018, année la remontée de Perpignan, Karl Chateau s’est montré moins efficace l’an passé en Top 14, comme l’ensemble de ses coéquipiers. À l’entame de septième saison avec l’Usap, le flanker est déterminé à s’imposer au sein d’une troisième ligne catalane plus étoffée de jamais. Et à devenir, naturellement, un leader de vestiaire assumé. É. V.

    Voir la pièce jointe 11316
     
    • Merci pour l'info Merci pour l'info x 3
    • List
    Dernière édition: 4 Août 2019
  6. Carto

    Carto Titan du forum

    Messages:
    32 742
    Localité:
    x
    Notations:
    +6 869 / 27 / -11
    • Merci pour l'info Merci pour l'info x 2
    • List
    Dernière édition: 4 Août 2019
  7. Carto

    Carto Titan du forum

    Messages:
    32 742
    Localité:
    x
    Notations:
    +6 869 / 27 / -11
    • Merci pour l'info Merci pour l'info x 2
    • List
    Dernière édition: 4 Août 2019
  8. Carto

    Carto Titan du forum

    Messages:
    32 742
    Localité:
    x
    Notations:
    +6 869 / 27 / -11
    c_oc=AQnRPCjWs06umJq3LaszaHpPYILC_4aZHrapMtsxAZMVt6drNl0FJ59zbPbg8RUiL6I&_nc_ht=scontent.fcdg1-1.jpg
     
    • Merci pour l'info Merci pour l'info x 4
    • List
test