Lundi c'est rugby 22/11

Discussion dans 'Forum Top14' créé par Juliano66, 22 Novembre 2021.


Vous ne voulez plus avoir de publicité sur le site ? Abonne-toi et deviens membre Premium !  >>> Je m'abonne <<< 
  1. Rentre dans la mêlée des discussions enflammées ! :) Inscris toi en 2 minutes, et même en 10 secondes grâce à ton compte Facebook ! Les supporters t'attendent pour partager des avis ! JE M'INSCRIS ›››
    Rejeter la notice
  1. jeancat

    jeancat Passe son temps sur le forum

    Messages:
    2 115
    Notations:
    +2 284 / 40 / -1
    Quand Rivière l'a repris, le club n'était pas à vendre, il a fait une offre qui a été acceptée.
    A ce jour, quelqu'un a-t-il fait une offre ?
    Un club de rugby n'est pas une Clio que l'on met sur le Boncoin et qu'un acheteur potentiel découvre un beau matin.
     
  2. Albera

    Albera USAPiste impliqué

    Messages:
    815
    Notations:
    +612 / 7 / -2
    L'article ci-dessous sur La Rochelle date de 2016 mais la philosophie est restée la même.
    On voit où ce type de fonctionnement a conduit ce club, 5 ans après.

    Avec un budget de près de 20 millions d'euros, les Maritimes sont dans le bas de tableau sur le plan financier (12e sur 14). Une PME du rugby en somme, "mais une PME avec un taux de croissance très rapide. On a doublé notre budget en cinq ans", rappelle Pierre Venayre, ancien centre du Stade lorsque le club était en Pro D2.
    Loin du modèle des clubs détenus par un propriétaire ou une entreprise mécène comme le Stade Français, le Racing 92, Montpellier ou Castres, la Rochelle a "pris le parti d'avoir un club qui soit une copropriété", poursuit Pierre Venayre.
    "Notre idée, c'est un peu ce que fait le Bayern Munich dont le capital est réparti entre ses partenaires principaux" développe-t-il.
    Président depuis 25 ans, Vincent Merling, ancien joueur et patron du groupe de café éponyme, "aurait pu acheter le club 200 fois", selon Pierre Venayre. Au lieu de cela, il détient environ 10% des parts seulement, comme cinq autres entreprises partenaires, tandis que l'association du club est l'actionnaire principal avec 30%.

    Les matchs à guichets fermés


    La billetterie est une autre force du club, pour les joueurs mais aussi pour le budget, qu'elle alimente à hauteur de 20%. La Rochelle peut compter sur un public qui a fait de Marcel-Deflandre l'un des chaudrons du rugby français: avec 11.400 abonnés pour un stade de 15.000 places qui va passer à court terme à 16.000, le club est le numéro un du Top 14 sur ce plan et a joué ses douze derniers matches à guichets fermés.
    "En 2011, quand on est remonté en Top 14 avant de redescendre immédiatement", souligne Pierre Venayre, "on a réalisé que le club avait un potentiel incroyable avec du public venant de Nantes, d'Angers, de Cholet", des villes qui n'ont pourtant pas la réputation d'être très passionnées de rugby. Une "zone de chalandise" de 1,6 million d'habitants, avec des entreprises plutôt florissantes, qui permet de compenser la faiblesse présumée d'une ville moyenne (environ 75.000 habitants).
    Le club décide alors, comme une entreprise, de lancer des plans stratégiques. D'abord "Grandir ensemble 2015" pour remonter dans l'élite et s'y maintenir, puis "Écrire notre histoire 2020" pour faire de La Rochelle "un acteur majeur" du Top 14.

    Pas de folie des grandeurs


    Avec Patrice Collazo aux commandes sportives du navire rochelais au moins jusqu'en 2020, le club bénéficiera d'un centre d'entraînement flambant neuf qui doit être livré en juin: "Apivia Parc" du nom d'une mutuelle partenaire du club.
    Un "naming sans lequel le projet n'aurait pas été viable financièrement", estime Pierre Venayre, qui explique que pour trouver leur inspiration, les dirigeants
    du club ont visité les installations du Bayern, d'Arsenal ou de Tottenham avant d'imaginer un projet "à la dimension" du Stade Rochelais.
    Bien ancrés dans le haut du classement, les Maritimes, qui ont franchi un palier en faisant venir cette saison le 3e ligne néo-zélandais Victor Vito, visent à terme un budget de 22 à 25 millions d'euros pour pouvoir recruter à hauteur du salary cap (10 millions d'euros).
     
    • J'aime J'aime x 1
    • Je surkiffe Je surkiffe x 1
    • List
  3. jfm66

    jfm66 Passe sa vie sur le forum

    Messages:
    6 009
    Notations:
    +2 837 / 15 / -1
    Je suis fan de l'exemple Rochelais (alors que FR avait érigé le RCT de Boudgellal comme exemple il y a quelques années alors qu'il n'a pas la même puissance financière et volonté que le Varois).
    Sauf que, si FR souhaite suivre les traces du Stade Rochelais, il faudrait ouvrir le club. Et il refuse ! (écouter FBR quand Tamon évoque cela et que FR botte en touche).

    Donc quand il parle de l'exemple Rochelais a suivre pour l'USAP il s'agit une fois de plus d'une "approximation" ou tout simplement, il ne connait pas du tout le fonctionnement du club, puisque comme le dit Venayre "Président depuis 25 ans, Vincent Merling, ancien joueur et patron du groupe de café éponyme, "aurait pu acheter le club 200 fois", selon Pierre Venayre. Au lieu de cela, il détient environ 10% des parts seulement, comme cinq autres entreprises partenaires, tandis que l'association du club est l'actionnaire principal avec 30%." Chez nous FR détient plus de 95 % du club et n’acceptera jamais d’être minoritaire avec les risques que cela comporte, à savoir ne plus être Président et donc sous les projecteurs.

    Je ne parle même pas du centre d'entrainement ou La Rochelle a pu financer une partie de l’investissement avec un naming (Apivia). Ou le BO qui compte financer le projet, si il voit le jour, avec une bonne partie de financer par le secteur privé (GL events et Pichet), pendant que nous notre projet repose sur de l'argent public et le bonne volonté des collectivités territoriales.

    De plus, Merling, a la connaissance du rugby, de l'entreprenariat, et sans être méchant (un peu) le charisme, que n'a pas notre Président.

    En conclusion, que cela soit le RCT ou le Stade Rochelais, a l'heure actuelle, l'USAP ne peut pas suivre leurs exemples dans les gestion des clubs.

    PS : J'avais écouté Jean-Phillipe Grandclaude dans l'avant match sur FBR, contre La Rochelle, ou il avait expliqué le fonctionnement du club qui l'avait côtoyé pendant 2 ou 3 ans. Il y a très peu de similitude avec le notre. Peut-être une, la passion, mais sur le gestion (recrutement et développement) c'est bien différent.
     
    Dernière édition: 25 Novembre 2021
  4. jeancat

    jeancat Passe son temps sur le forum

    Messages:
    2 115
    Notations:
    +2 284 / 40 / -1
    Le fonctionnement de la Rochelle ressemble à ce qui était le notre avant l'arrivée de Rivière. Un pool d'actionnaires dont aucun de détient la majorité et gèrent le club avec un président minoritaire. Sauf que quand le club a commencé à perdre de l'argent, les actionnaires se sont lassés et qu'ils ont accueilli Rivière à bras ouverts.