Le petit jeune qui n’en finit plus de monter

Discussion dans 'Forum Top14' créé par harlequins65, 1 Août 2022.


Vous ne voulez plus avoir de publicité sur le site ? Abonne-toi et deviens membre Premium !  >>> Je m'abonne <<< 
  1. Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.
  2. Rentre dans la mêlée des discussions enflammées ! :) Inscris toi en 2 minutes, et même en 10 secondes grâce à ton compte Facebook ! Les supporters t'attendent pour partager des avis ! JE M'INSCRIS ›››
    Rejeter la notice
  1. harlequins65

    harlequins65 USAPiste impliqué

    Messages:
    1 737
    Notations:
    +1 443 / 21 / -3
    Boris Goutard - Arrière de l’Usap à 24 ans, l’ancien Narbonnais poursuit son étonnant bonhomme de chemin. Le Béarnais d’origine pourrait bien être une des révélations de l’année.

    Boris Goutard est passé sous les radars, a éclos sur le tard, vient du Pro D2 et possède un profil de relanceur-buteur très intéressant. Pour autant, toute ressemblance avec un ancien arrière de l’Usap est complètement fortuite. Le Béarnais d’origine ne ressemble en fait à aucun autre joueur. De par son itinéraire, avant tout : « Je n’ai pas un grand parcours, je viens de mon village où je jouais avec mes potes, je n’ai pas connu de centre de formation. Ce qui m’arrive, c’est atypique. »
    Le pur produit de Bénéjacq a en tout cas tout connu : « Après avoir été champion du Béarn, en juniors, je suis passé en Promotion Honneur, à 17-18 ans. Après, je voulais essayer de jouer un peu plus haut. Je suis parti à côté, à Coarraze-Nay, qui était un peu au-dessus, en Fédérale 3. On est monté en Fédérale 2 et, dès la première année, on a disputé les phases finales pour la montée en Fédérale 1. C’est là qu’a eu lieu le rapprochement avec Narbonne. J’ai dit oui. J’avais 20, 21 ans. J’ai donc découvert la Fédérale 1 et le Nationale. Puis le Pro D2 et bientôt le Top 14. Je suis passé par tous les niveaux, en fait.» Cette drôle d’ascension a de quoi surprendre. L’intéressé, le premier, s’en est étonné : « À 20 ans, je pensais que le haut niveau n’était pas accessible, que c’était trop tard. Jeune, j’y pensais mais le fait de ne pas être passé par de gros clubs me faisait dire que c’était peut-être loupé. En juniors, mon coach avait eu des contacts avec Pau pour moi mais rien de bien sérieux. Du coup, j’avais juste envie de profiter avec mes potes et de rester dans le rugby. C’est bizarre à raconter. Ça a mis du temps mais j’ai l’impression que ça s’est fait d’un coup. »

    Replacement gagnant

    Dans l’Aude, son ascension a connu une accélération soudaine : il y a eu la pénalité de la montée contre Nice, la découverte du monde pro, l’enchaînement des rencontres – 20 – et les premiers essais – 4. « Je vais être honnête, quand on est monté, c’était inespéré, je ne pensais pas me retrouver en Pro D2. Je n’avais pas prévu de jouer autant. Ce n’est pas un manque d’ambition mais j’ai la tête sur les épaules. J’étais un peu le jeune venu de nulle part. » Qui a commencé à attirer l’attention : l’Usap, Castres et le Lou lui ont ouvert les portes du Top 14. Rien de moins. « Je ne m’y attendais pas du tout. Et je ne l’ai pas aussi bien vécu que je l’aurais dû. Je ne l’ai pas pris de la bonne manière, il y a eu pas mal de prise de tête. »

    Son destin à nul autre pareil va continuer de s’écrire du côté d’Aimé-Gital : « À l’arrivée, je n’ai pas trop hésité. Tout ce qui me remontait de l’Usap était positif. Ça se voyait que c’était un club famille, qui allait me convenir. » Avec un poste de numéro 15 qui lui va si bien, aussi : « Au début, je jouais principalement 10. Après la montée en Pro D2, Julien Seron m’a placé arrière pour mon plus grand bonheur. Je ne pense pas que j’aurais fait la même saison à l’ouverture : à l’arrière, j’avais plus d’espaces, plus de liberté, je pouvais plus exploiter mon pied, il y avait moins de pression. Je me suis épanoui. » Le plus beau reste peut-être à venir : « Il faut être ambitieux. Ça me ferait ch… de faire une saison à vide. Après, il faut avant tout que ça suive à l’entraînement. Mais je suis motivé. La préparation est costaude mais pas insurmontable. » Jusqu’à présent, rien n’a pu l’arrêter. V. B
     
    • J'aime J'aime x 10
    • Merci pour l'info Merci pour l'info x 1
    • List
  2. jeancat

    jeancat Passe son temps sur le forum

    Messages:
    2 574
    Notations:
    +2 987 / 66 / -4
    Est il JIFF ? Pour rappel, Vilaséca ne l'était pas, n'ayant pas fait de centre de formation.
     
  3. 9catalan

    9catalan Passe sa vie sur le forum

    Messages:
    5 706
    Notations:
    +2 051 / 134 / -12
    C'était une autre époque.
    Lui l'est. Pour être jiff il faut 5 année de licence en France avant 21 ans ou 3 ans en centre de formation avant 23. ( A vérifier)
     
    • Merci pour l'info Merci pour l'info x 1
    • List
  4. La Massane

    La Massane USAPiste impliqué

    Messages:
    1 002
    Notations:
    +1 290 / 43 / -9
    Il est béarnais !
     
    • C'est drôle C'est drôle x 3
    • List
  5. BN99

    BN99 Passe son temps sur le forum

    Messages:
    3 273
    Notations:
    +2 482 / 56 / -6
    Pur Porc ... ?
     
  6. babau66

    babau66 USAPiste impliqué

    Messages:
    886
    Notations:
    +96 / 1 / -0
    encore un qui ne va que passer ... Il se sentais pas trop légitime en top14, l'USAP est un bon marchepied, c'est comme ça que je lis cet interview (version pessimiste)
     
    • C'est drôle C'est drôle x 1
    • List
  7. Blutch

    Blutch Passe son temps sur le forum

    Messages:
    2 111
    Notations:
    +1 878 / 23 / -11
    Fort possible oui, mais ça permettra tout de même à l’usap d’en profiter pendant 2 ans.
    De toute façon si on veut attirer du jiff ce ne sera que par cette idée de tremplin pour le joueur, malheureusement on a rien d’autre à proposer.
     
  8. thetigrou_66

    thetigrou_66 USAPiste bavard

    Messages:
    178
    Notations:
    +82 / 0 / -0