Vous ne voulez plus avoir de publicité sur le site ? Abonne-toi et deviens membre Premium !  >>> Je m'abonne <<< 

Université de Perpignan : le tabou des faux étudiants boursiers

Discussion dans 'Discussions Diverses' créé par philippe78, 31 Mai 2013.

  1. Rentre dans la mêlée des discussions enflammées ! :) Inscris toi en 2 minutes, et même en 10 secondes grâce à ton compte Facebook ! Les supporters t'attendent pour partager des avis !
    JE M'INSCRIS ›››
    Rejeter la notice
Tags:
  1. philippe78

    philippe78 USAPiste impliqué

    Messages:
    1 115
    Notations:
    +0 / 0 / -0

    Partager cette page

    Son président Fabrice Lorente, signale une problématique générale en France

    Lundi 27.5.2013. 18:30h
    Si certains étudiants boursiers de l'Université de Perpignan sont fictifs, sans que cela ne constitue une exception en France, cette réalité est révélée sans détours par son président, Fabrice Lorente. Celui-ci signale, dans le quotidien le Monde, une problématique française illustrée par certains examens, dont 52 % des copies rendues sont blanches.
    L'Université de Perpignan Via Domitia (UPVD) fait l'objet d'un article aux tonalités fracassantes publié le 27 mai par le journal Le Monde. Le grand quotidien du soir a choisi le campus du Roussillon pour illustrer une tendance généralisable au territoire français, celle des "faux étudiants boursiers", bénéficiant d'un droit à la sécurité sociale. Fabrice Lorente, le président de l'UPVD, réputé pour son sens de l'efficacité, y déclare sans ambages "nous servons d'assurance-chômage aux jeunes qui ne trouvent pas de travail", tout en brisant un tabou. Le Monde salue la "transparence" de ce propos, que son auteur complète en invitant à une prise en compte par les "pouvoirs publics".

    Tendance à la hausse depuis 2009 ou 2010

    Pour étayer la réalité des universités abritant des étudiants "sans stylo" s'employant à passer le temps faute d'emploi, le grand journal parisien décrit un examen de sociologie lors duquel un "flot continu" d'étudiants rendent leurs copies vierges, peu après le début de la séance. Ceux-ci, percevant une aide mensuelle de 470 euros cumulable avec un emploi, parfois sans contrat, ne "sont venus que pour signer la feuille de présence et continuer à bénéficier de leur bourse". Plus tard, quatre jeunes femmes affirment que leur bourse devrait "augmenter", car le montant alloué "part en trois jours, comme ça, fringues, téléphone". Au total, en département de Sociologie, à Perpignan, 52 % des copies collectées s'avèrent blanches, selon un phénomène ancien, mais en croissance depuis 2009 ou 2010, en "lien avec le chômage des jeunes et l'absence de dispositif de soutien financier pour cette période de transition entre lycée et activité", selon M. Lorente.

    Source la Clau
     
  2. pouett

    pouett Passe son temps sur le forum

    Messages:
    3 143
    Notations:
    +47 / 0 / -0
    Ouais mais bon ont dit rien,moi je suis pour pas de résultat pas de bourse.
     
  3. Flying Seal

    Flying Seal USAPiste impliqué

    Messages:
    1 109
    Notations:
    +163 / 0 / -0
    Apparemment on a coupé les tiennes :rolleyes:
     
  4. pouett

    pouett Passe son temps sur le forum

    Messages:
    3 143
    Notations:
    +47 / 0 / -0
    jamais été copain avec l'école ça te pose un problème ? Et puis je me relis pas c'est con et ton /troll,cours de français....
     
  5. Marco

    Marco Bannis

    Messages:
    3 909
    Notations:
    +2 / 0 / -0
    Après le scandale des "étudiants chinois" venus soit-disant apprendre le français incapable de communiquer les caissières de Leclerc, cela la fout mal quand même.
    Ce que ne dit pas le président c'est que grâce à ses étudiants bidons , il ya plus de postes d'enseignants , plus d'heures sup etc etc .
    Qui profites le plus?
    Le jeune bachelier qui vivote et qui est obligé de trouver cette combine ou le "corps enseignant" de l'Université qui assure des enseignements à des classes vides quand ils sont assurés?
     
  6. philippe78

    philippe78 USAPiste impliqué

    Messages:
    1 115
    Notations:
    +0 / 0 / -0
    Ce n'est pas un concours entre celui qui profite le plus .On est étudiant avec un statut ou on ne l'est pas et s'il y a trop d'enseignants,on en diminue le nombre.
     
  7. l'arPitre

    l'arPitre Passe son temps sur le forum

    Messages:
    2 043
    Notations:
    +6 / 0 / -0
    Oui mais ce que dit Marco n'est pas stupide non plus. S'il n'y avait pas ces "étudiants" ce n'est pas que le nombre d'enseignants qui devrait diminuer, mais également le nombre de filière. Surtout dans les petites universités comme Perpignan.
     
  8. Heraldo

    Heraldo USAPiste impliqué

    Messages:
    1 271
    Notations:
    +0 / 0 / -0
    On le sait tous, la Fac c'est une usine à prof!
     

Partager cette page