Vous ne voulez plus avoir de publicité sur le site ? Abonne-toi et deviens membre Premium !  >>> Je m'abonne <<< 

Perpignan - Oyonnax, un affrontement capital à la croisée des chemins - Rugbyrama

Discussion dans 'Articles de presse' créé par Articles de presse, 5 Octobre 2016.

  1. Rentre dans la mêlée des discussions enflammées ! :) Inscris toi en 2 minutes, et même en 10 secondes grâce à ton compte Facebook ! Les supporters t'attendent pour partager des avis !
    JE M'INSCRIS ›››
    Rejeter la notice
  1. Articles de presse

    Articles de presse Titan du forum

    Messages:
    14 983
    Notations:
    +15 / 0 / -0

    Partager cette page

    PRO D2 - Il est assez surprenant de voir que ce duel entre Perpignanais et Oyonnaxiens va opposer à Aimé-Giral, ce jeudi à 20h45, le premier relégable de Pro D2 à un relégué de Top 14 qui est candidat à la remontée mais seulement 8e. Alors que débute un nouveau bloc, l’issue de ce duel devrait déterminer la suite de la saison des deux formations.

    Lire la suite ...
     
  2. Carto

    Carto Titan du forum

    Messages:
    26 240
    Localité:
    x
    Notations:
    +874 / 2 / -1
    Pro D2 - Perpignan - Oyonnax : Un affrontement capital à la croisée des chemins
    [​IMG]
    Julien Plazanet

    Il y a 11 heures

    PRO D2 - Il est assez surprenant de voir que ce duel entre Perpignanais et Oyonnaxiens va opposer à Aimé-Giral, ce jeudi à 20h45, le premier relégable de Pro D2 à un relégué de Top 14 qui est candidat à la remontée mais seulement 8e. Alors que débute un nouveau bloc, l’issue de ce duel devrait déterminer la suite de la saison des deux formations.
    Les quatre défaites d’Agen en cinq journées lors de la saison 2014/2015 doivent servir à nuancer toute analyse rédhibitoire sur le devenir de Perpignan et Oyonnax cette saison. Finalement promu en fin d’exercice, le SUA a démontré que tout était encore possible pour ces deux candidats à la montée ou a minima aux phases finales. Cependant, depuis la reprise, il y a eu de quoi ragoter dans les bars de Catalogne et du Haut-Bugey…

    Que ce soit d’un côté les changements dans le staff de l’Usap ou de l’autre l’implication de joueurs de l’USO dans une bagarre, à chacun sa polémique. Voilà pourquoi les deux formations ont besoin de se rassurer, d’abord sur le terrain pour ensuite apaiser des vestiaires plongés dans le doute.

    Un nouveau départ pour Perpignan ?
    Rappelé au chevet de l’équipe pro qu’il avait quittée amer un soir de relégation, Patrick Arlettaz a pour mission de sauver le monument en péril et de repenser le groupe. "Je sais ce que je veux et où je veux aller en terme de construction et d’équilibre. J’ai commencé à construire là-dessus et je n’ai fait aucun constat. La seule vérité, c’est celle qui fait gagner les matches. On est au théâtre, pas au cinéma ! La représentation est jeudi et c’est là que l’on va juger si les rôles sont bien préparés ou s’il faut redistribuer les cartes", disait-il cette semaine en conférence de presse tout en se montrant rassuré car "tout le monde veut batailler, montrer qu’il est présent, qu’il a envie de sortir de cette zone et que les joueurs adhèrent".

    Il le faudra car les supporters sont passés depuis longtemps du stade de l’inquiétude à celui de la colère. La défaite chez le promu Vannes sans bonus défensif (19-13, ndlr) a fini par les achever. C’était la quatrième de rang pour Perpignan après Aurillac, Dax et Carcassonne, avec un contenu qui fait aujourd’hui osciller le peuple sang et or entre résignation, honte et fatalisme.

    [​IMG]
    Tavita Mailau (Perpignan) - 25 septembre 2016Icon Sport

    Sera-t-il au rendez-vous à Aimé-Giral jeudi soir ? Rien n’est sûr. Ne dit-on pas en Catalogne que "celui qui se noie s’accroche à toutes les barques" ? L’Usap est dos au mur et n’a d’autre choix que de retrouver la confiance dans la victoire et le soutien de son public par la performance, de se réfugier dans le travail et de faire tomber ce "gros" qu’est l’USO.

    Oyonnax veut à tout prix éviter la crise

    Ce statut de "gros", encore faut-il l’assumer à Oyonnax. La remontée est un objectif mais le temps presse déjà. Deux défaites à Béziers et Dax, plus une qui fait tache à Charles-Mathon contre Colomiers, ont déjà provoqué la colère du public. Pris en grippe par une partie de ses supporters parce qu’il semble incarner l’échec de la saison dernière, le capitaine Fabien Cibray avait pourtant répondu présent sur le terrain lors de ses deux seules apparitions à Dax et contre Carcassonne, ponctuées par les seuls succès d’Oyo…

    [​IMG]
    La déception des joueurs d'Oyonnax battus à BéziersIcon Sport

    Quelque chose ne va pas, les blessures ne sont pas refermées et le demi de mêlée est la victime bien malheureuse d’une cabale si injuste qu’elle a poussée le président Thierry Emin à monter au créneau.

    "Je n’accepte pas qu’à domicile l’on puisse siffler un de nos joueurs. Je peux comprendre la frustration d’avoir perdu trois matches mais il ne faut pas croire que l’on va arriver à la mi-temps de chaque match avec 40 ou 50 points d’avance", a-t-il lancé après le succès des siens avant la trêve. L’équation est simple.

    "Le bilan n’est pas très positif", commente Dug Codjo sur le site du club "mais il ne faut pas non plus rentrer dans une crise", insiste l’ailier. Aussi indisciplinée que joueuse, la formation oyonnaxienne n’a d’autre choix que la victoire au risque de basculer en deuxième partie de tableau. Les statuts se créent sur les premiers matches et l’USO veut à nouveau faire peur à ses adversaires, c’est ce sur quoi elle travaille.

    Pour approfondir
     

Partager cette page