Vous ne voulez plus avoir de publicité sur le site ? Abonne-toi et deviens membre Premium !  >>> Je m'abonne <<< 

''Observez la Catalogne c'est passionnant...''

Discussion dans 'Discussions Diverses' créé par RORO, 29 Novembre 2012.

  1. Rentre dans la mêlée des discussions enflammées ! :) Inscris toi en 2 minutes, et même en 10 secondes grâce à ton compte Facebook ! Les supporters t'attendent pour partager des avis !
    JE M'INSCRIS ›››
    Rejeter la notice
  1. RORO

    RORO USAPiste balbutiant

    Messages:
    16
    Notations:
    +0 / 0 / -0

    Partager cette page

    Voir la pièce jointe 2334
    Pourquoi, le 11 septembre dernier, plus d'un million et demi de Catalans ont-ils manifesté à Barcelone en faveur de l'indépendance de la Catalogne ? Ce jour-là, c'est un raz-de-marée populaire qui a pris de court la plupart des observateurs. Cette manifestation a surpris par son volume (c'est la plus importante de l'histoire de la Catalogne, et l'une des plus imposantes de l'histoire récente de l'Europe), par son caractère pacifique (pas un seul incident n'a été déploré), par sa transversalité (tous les courants politiques, toutes les catégories sociales et toutes les générations y étaient représentés) et par sa détermination (un seul slogan était scandé : "Independència !").
    Des analystes du monde entier se sont alors penchés sur cette Catalogne jusqu'ici si discrète. Force est de constater que dans bien des cas leurs commentaires ont montré qu'ils n'avaient pas saisi la pleine mesure de ce qui se passe en Catalogne. La plupart des observateurs ont, en effet, localisé l'origine de cette manifestation autour de la crise économique mondiale. Ce faisant, ils ont ignoré une donnée fondamentale : la Catalogne n'est pas une création ex nihilo destinée à canaliser un prétendu égoïsme économique régional.
    La Catalogne a toujours cultivé la conviction d'être un pays et, depuis la perte de son indépendance par la force des armes au début du XVIIIe siècle, elle a toujours essayé, peu ou prou, de retrouver les chemins de sa liberté. Elle a une histoire particulière, une langue propre officielle, des institutions juridiques millénaires et, surtout, elle a conscience d'elle-même en tant que nation. Ce qu'elle n'a pas : un État qui lui soit spécifique. La revendication de cet État n'est pas nouvelle : voilà plus d'un siècle qu'existent en Catalogne des mouvements politiques indépendantistes, toujours pacifiques, qui furent réprimés par deux dictatures espagnoles.
    Or, voilà que depuis quelques années l'indépendantisme fait un retour en force. Une force sans violence. Une force pacifique, dont le respect pour la démocratie saute aux yeux, ainsi que le fort désir d'intégration à la destinée commune forgée par l'Union Européenne. Bien sûr, la crise économique a eu un effet démultiplicateur, mais la coupe était déjà pleine et ne demandait qu'à verser. L'État espagnol démocratique, depuis plusieurs années, n'a eu de cesse de s'appliquer à saboter l'autonomie de la Catalogne, à limiter ses domaines de compétence, à porter gravement préjudice à sa langue, à la priver des investissements structurels nécessaires à son développement, à spolier son économie par des ponctions fiscales démesurées. Nul ne sait si la majorité qui, selon tous les sondages, demande aujourd'hui l'indépendance de la Catalogne aura gain de cause, nous en serons tous témoins quand les urnes auront parlé.
    D'ores et déjà, le résultat des élections parlementaires de ce 25 novembre ont confirmé une nette majorité -presque deux tiers des députés élus sont favorables à l'indépendance- en faveur de ce mouvement. En tout état de cause, ce qu'il est important de savoir est que réduire la volonté de cette majorité au contexte économique est une erreur. Une grande partie des citoyens de Catalogne veulent aujourd'hui cette indépendance pour participer de plein droit au concert des Nations. Et ce dans le respect le plus strict du débat démocratique.
    La Catalogne est devenue un sujet d'observation passionnant parce que c'est aujourd'hui la société civile qui rythme le tempo de sa propre histoire et qu'elle le fait avec un sens du civisme qui force le respect. En Catalogne, aujourd'hui, tous les citoyens font de la politique, en cela qu'ils débattent quotidiennement de ce qu'il adviendra de ce pays dans les mois et les années à venir. Les élus ont pris acte de ce mouvement et y participent, que ce soit pour aller vers l'indépendance ou pour maintenir l'union avec l'Espagne. En fin de compte, cette Catalogne si passionnante pourrait devenir bientôt le nouveau voisin de la France. Il faudrait donc que la France commence à apprendre à la connaître. Elle ne pourra que l'apprécier.

    L'indépendant.fr
     
  2. robert marty

    robert marty USAPiste impliqué

    Messages:
    714
    Notations:
    +0 / 0 / -0
    L'Usap aussi c'est passionnant ! anecat
     
  3. rv66

    rv66 Escargot photographe

    Messages:
    3 392
    Notations:
    +0 / 0 / -0
    La Catalogne, on l'apprécie déjà vu qu'on est dedans LoL
     
  4. robert marty

    robert marty USAPiste impliqué

    Messages:
    714
    Notations:
    +0 / 0 / -0
  5. max TPN

    max TPN Moderator

    Messages:
    3 082
    Notations:
    +0 / 0 / -0
    j'ai l'impression que l'article de Maianne est un beau tissu de conneries.
     
  6. philippe78

    philippe78 USAPiste impliqué

    Messages:
    1 115
    Notations:
    +0 / 0 / -0
    Comme la plupart du temps
     
  7. ginza

    ginza Passe son temps sur le forum

    Messages:
    2 702
    Notations:
    +103 / 0 / -0
    A lire aussi "Le Monde" du 27/11/12
     
  8. clongi

    clongi USAPiste impliqué

    Messages:
    1 526
    Notations:
    +8 / 0 / -0
    Renée Portet met en cause, et à juste titre , l' anti catalanisme du PP ,´son analyse aurait été complète si elle avait souligné que le parti socialiste espagnol (PSOE) , lui non plus n' est pas en reste dans ce domaine . Zapatero durant sa mandature aura roulé les catalans dans la farine , leur assurant qu'il appuierai le nouvel "Estatut " déposé par le gouvernement catalan de l' époque ( 2008 ou 2009 ) . Finalement il en est résulté que les catalans à la sortie se retrouvèrent avec moins de droits qu'ils n' en avaient avant l' examen du nouvel "estatut".
    De toute façons quelque soit le parti au pouvoir à Madrid , les catalans sont l' objet de dénigrements totalement injustifiés de la part des politiques castillans , bien relayés en cela par les médias .
    Ils ont toujours considéré la Catalogne comme une colonie qu' ils pouvaient taxer à volonté, finalement , ils détestent les catalans , mais apprécient encore plus les milliards d' euros qu'ils en tirent chaque année .
     
    Dernière édition par un modérateur: 2 Décembre 2012

Partager cette page