Vous ne voulez plus avoir de publicité sur le site ? Abonne-toi et deviens membre Premium !  >>> Je m'abonne <<< 

Ma petite histoire de l'USAP.

Discussion dans 'Forum TOP14' créé par un traginer, 5 Mai 2014.

  1. Rentre dans la mêlée des discussions enflammées ! :) Inscris toi en 2 minutes, et même en 10 secondes grâce à ton compte Facebook ! Les supporters t'attendent pour partager des avis !
    JE M'INSCRIS ›››
    Rejeter la notice
  1. un traginer

    un traginer USAPiste bavard

    Messages:
    105
    Notations:
    +44 / 0 / -0

    Partager cette page

    Chers amis forumistes,
    j’ai eu envie plusieurs fois cette année, et la saison passée, de vous faire part de mes doutes et de ma colère devant la gestion du club. Je me permets de vous livrer, en ces jours tristes, mes réflexions concernant ce qui s’est passé à l’USAP depuis quelques années. Elles ne sont fondées que sur le ressenti d’un abonné qui suit ce club depuis 20 ans, et qui n’est pas dans le secret des vestiaires et des loges.

    1.La Malchance.
    Toute la saison les dirigeants, l’entraîneur en tête, n’ont cessé d'invoquer la malchance pour expliquer les piètres résultats de l’équipe, d’une façon assez indécente quand la fragilité de notre jeu était évidemment la principale responsable de nos déboires.
    La malchance de l’USAP elle ne date pas de cette saison, mais d’il y a trois ans. J. Brunel était manager de l’équipe, et après un début de saison poussif, celle-ci était en train de remonter au classement en comptant 9 victoires de suite, lorsqu’elle a perdu contre le Stade Toulousain à Aimé Giral. Ce jour-là, l’arbitre avait laissé aux Toulousains le bénéfice d’un essai entaché d’un en-avant et J. Porical avait manqué la pénalité de la gagne sur la sirène. Ce match a été une catastrophe pour l’USAP, qu’elle privait d’une place dans les 6 premiers et de la H-CUP. La continuité voulue par P. Goze après le titre de champion était rompue sur le plan financier, et sur le plan sportif. J. Brunel en partance pour l’Italie, les dirigeants souhaitaient faire venir le manager des Ospreys, S. Johnson, qui refusait pour prendre ensuite l’équipe d’Ecosse, et devaient se rabattre sur J. Delmas, que personne ne voulait vraiment.

    2.Le désordre.
    J. Delmas arrivant, essaya de mettre en œuvre ses méthodes, et de recentrer le groupe sur la défense. Les premiers matchs étaient maladroits, puis les résultats devenaient mauvais (défaite contre Agen à domicile). On nous dit que l’ambiance était tendue entre le coatch et les joueurs. P. Goze arbitra dans le sens des joueurs. Delmas fut débarqué, Goutta et Manas investis de la mission de sauver le club de la pro-D2. L’opération ne fut pas si mal menée à mon avis. Le jeu proposait n’avait rien de grandiose, mais il valait mieux, vu notre situation. Et l’USAP se sauvait, entre autres, en écrasant à Aimé Giral l’UBB de…M. Delpoux, qui luttait alors pour la qualification dans les 6 premiers, à coup de jeu d’avant et de combat. Il me semblait même qu’une cohérence s’installait à la fin de la saison, et peut-être que l’expérience aurait mérité d’être prolongée. Mais le mandat des deux anciens avait un terme fixe. Tout le monde était alors persuadé que l’USAP avait besoin d’une direction ferme, qui ait les coudées franches. On appela M. Delpoux, fort de ses résultats à l’UBB.

    3.La catastrophe.
    C’était à mon avis une catastrophe que de livrer ce club, et son histoire, à un seul homme qui allait se révéler d’un sectarisme parfait. Delpoux arrivait avec les pleins pouvoirs sur le sportif, et un staff tout acquis à sa cause. Il était décidé à mettre en œuvre son projet de jeu, et il voulait les joueurs capables de le faire. Aidé par la situation financière précaire de l’USAP, qui nécessitait une réduction des contrats les plus onéreux, il laissait partir ceux qui ne lui convenaient pas, souvent des joueurs qui aurait pu transmettre la culture du club et du pays, pour faire venir ces poulains. Tout cela enrobé dans le discours habituel des « temps qui ont changé » et du « c’est fini le rugby de village ». Bref d’une espèce de modernisme militant, qui cache en fait de vrais intérêts, et qui est mortifère pour l’USAP à mon avis, parce que la plus value de ce club, c’est son histoire et ses racines. Ca ne peut pas être de l’argent qu’on n’a pas.

    Immédiatement le modèle Delpoux montrait ses limites (le premier match de la saison dernière l’USAP s’entêtait à jouer devant le mur défensif de Toulon, perdait à domicile, et devait s’engager dans un sprint épuisant à la 6° place). Mais un moment la mayonnaise semblait prendre, après cette magnifique victoire de Montjuich contre Toulouse. Simplement on ne peut pas construire une saison en jouant sur le fil du rasoir. L’USAP et ses joueurs s’épuisaient dans un jeu épuisant. Et le sectarisme du manager commençait à faire des dégâts. Un joueur comme Guiry devait attendre que Leo (très bon la saison suivante) massacre presque une dizaine de match pour pouvoir jouer. Batlle était convoqué aux dernières extrémités (son contrat ne fut pas reconduit malgré quelques bouts de matchs honnêtes, alors qu’on conservait Haughton, bon joueur mais trentenaire souvent blessé), tout comme Delonca. Aucun espoir n’avait le niveau, nous disait-on, pendant qu’un se plaignait d’un effectif trop juste.
    La fin de saison fut déjà un immense gâchis. Encore en course pour la qualification, l’USAP perdait un match déterminant contre Castres à Aimé Giral, à coup de relances folles des 22 et de négligences. L’équipe se battait, mais il fallut attendre la deuxième partie de la deuxième mi-temps pour qu’elle prenne les choses par le bon bout, avec un jeu plus axial. C’était trop tard (déjà). Et c’est un de mes pires souvenirs de match à Aimé Giral. J’ai eu un haut-le-cœur en voyant ces joueurs faire tout ce qu’ils pouvaient pour gagner, mais dépourvus de direction. Cette défaite fut suivie de plusieurs idioties. Plutôt que d’aller jouer encore la qualification en H-CUP par le championnat, en se battant à Agen (déjà relégué) pour avoir un match de barrage à joueur à Montpellier, on nous expliqua qu’on pouvait gagner la Amlin Cup à Dublin contre le Leinster…Mais on oublia de battre le Stade français en route, à Aimé Giral. L’USAP menait de 10 points, mais la faiblesse de sa défense et de sa mêlée étaient trop pénalisantes.t
    On occultait vite tout cela derrière une qualification en H-CUP offerte par d'autres, et la saison suivante fut engagée sous les mêmes hospices. La défaite à Aimé Giral, contre le Stade français, pour les mêmes raisons, n’augurait rien de bon. On nous expliqua que le championnat était long. On se gargarisa d’une place provisoire dans les 6 premiers en omettant qu’elle était due à un bon calendrier. Et fin du fin, on claironna avant un match à Brive, en hiver, qu’on devait passer un cap par le jeu. L’USAP se fit, évidemment, balayée. Parce que, quand on joue à l’extérieur, on ne gagne pas « par le jeu » mais par la « gana », et que, de toute façon, quand on est un peu intelligent, on n’explique pas avant d’aller jouer un match chez une « petite équipe » qu’on va la submerger, on dit « nous savons que ça va être très dur, devant une équipe rugueuse ».
    Ce fut le début du calvaire. Plus de dix matchs enchaînés sans victoire, mais sans remise en question du staff. Le président Rivière annonçant, dès son arrivée, qu’il avait toute confiance en Delpoux, et le reconduisant pour plusieurs années . Quel fut le résultat de cette décision dans le vestiaire ? On ne sait pas. Mais sur le terrain, ce fut la Bérézina. La reprise en main, partielle, eut lieu avec le match du Racing, où une nouvelle fois l’équipe se battit, mais manqua de maîtrise, et peut-être, ce jour-là oui, de chance. A Aimé Giral on sentit de nouveau l’envie d’en découdre. Mais à l’extérieur les lacunes étaient trop criantes. Et puis, disons le tout net, les carottes étaient cuites à ce moment là. Au lieu de tirer une dernière cartouche, en jouant une carte interne (je pense à M. Konieck, dont on a proclamé qu’il n’avait pas le niveau…) on décida d’une bizarre réorganisation interne, un coatch maintenu mais bientôt en tribune, un coatch des avants, dont le travail fut vraiment remarquable, sur le banc, avec P. Arlettaz, et S. Doeureux dans un rôle incompréhensible, continuant à faire preuve de hauteur en expliquant aux supporters comment il devait supporter. L’Indépendant aussi, jusqu’à son tout récent tournant, défendit la ligne, demandant aux joueurs de se responsabiliser et aux supporters d’être dignes. Le match prévu à Montjuich était maintenu. C’était faire jouer la meilleure équipe d’Europe dans un stade de gala. Le résultat attendu arriva. Les joueurs tentèrent tout à Montferrant, mais l’histoire était écrite depuis longtemps.

    4.Quelles leçons?
    La responsabilité de l’échec repose pour moi sur les épaules de M. Delpoux d’abord. Son sectarisme et sa vanité ont perdu le club. Au lieu de faire comme J. Brunel, qui avait lui aussi essayer de mettre plus de mouvement dans le jeu de l’USAP, pour ensuite revenir aux fondamentaux du club en faisant avec ce qu’il avait et en apportant sa touche technique par dessus, il s’est entêté dans ses convictions. Son intolérance et ses préjugés ont heurté les joueurs, et le club tout entier. Sa défense continue de Taumololo, son obsession pour Vahamahina et son mépris pour Vilacéca, sa confiance en Strockoch, en Leo, en Purll, en Narraway (dont il voulait faire son capitaine sans doute) malgré des prestations parfois (ou toujours) médiocres, et le peu de crédit qu’il accordait au contraire à Guiry, à Pérez, aux jeunes, ont été lamentables. De même que la gestion et le coaching de son effectif (une seule première ligne contre le Munster tout un match de H-CUp …..du jamais vu…et bien d’autres) catastrophiques.
    S’il a pu continuer dans sa direction loufoque, c’est qu’on l’a laissé faire. Son staff l’a accompagné dans la débâcle, quand il ne l’a pas précipité (que penser du travail de de Carli ?). Le directeur sportif et le président ont manqué de clairvoyance, à tout le moins.
    Les joueurs m’ont semblé assez souvent jouer le jeu et se battre, dans un navire fonçant vers l’abîme. Pas mal de ceux qui sont venus avaient du talent (je reconnais à M. Delpoux ses qualités de découvreurs), mais le talent ne suffit pas. Il faut aussi de la cohérence et de l’abnégation.

    A mon très humble avis, le salut de l'USAP passe par trois choses. D'abord renouer avec son identité. Si j’ai suivi l’USAP c’est parce qu’elle ressemblait aux catalans de ce pays, parfois un peu bête, un peu obstinée, mais vaillante quand même, et attachante finalement. J’ai la faiblesse de croire que c’est ce caractère qui lui a fait vivre ses meilleurs moments, et qui la remmènera en haut.
    C'est pourquoi j'espère l’on gardera les joueurs d’ici, et nos jeunes si l'on peut. Et qu’on y rajoutera des joueurs qui correspondent à ces qualités (et à ces défauts), et qui aient envie de se prendre au jeu. Ainsi, bien sûr, qu'un staff qui ait des valeurs autres qu'une conviction forcené dans le jeu. Le facteur humain est très important dans un club de ce genre.
    Enfin, parce qu'il faut de l'humain, j'espère dans une direction plus collégiale et plus concertée. Personnellement je ne crois pas à l'homme providentiel, ou aux décisions de "patron" pour l'USAP. Plutôt à celle du collectif.

    ...Je ne sais pas si c’est la direction qui sera prise.
     
  2. latulipe13

    latulipe13 Passe sa vie sur le forum

    Messages:
    9 701
    Notations:
    +511 / 3 / -2
    Ton cœur parle et en te lisant on sent la souffrance de tous les supporters que nous sommes.
    On a ressenti la même chose, un véritable gachis imputé à la méfiance et la médisance de nos dirigeants à écouter les supporters.
    Ceux qui voient, comme eux !
    Ceux qui supportent les fautes, comme eux !
    Ceux qui auraient du avoir la parole, comme eux !

    Une gestion catastrophique de l'effectif et de l'affectif.
    Vous avez était tous mauvais et c'est inadmissible et insupportable de vous entendre encore en parler.
    Maintenant, c'est la PROD2 et j'ai qu'un mot à vous dire:
    MERCI !!!!
    :bravo::bravo:
     
    Dernière édition par un modérateur: 5 Mai 2014
  3. webmaster

    webmaster Le méchant "chef" de ce forum Membre du personnel MEMBRE PREMIUM

    Messages:
    11 292
    Localité:
    Canohès
    Notations:
    +136 / 3 / -2
    wahou ! Bravo ! :379515:
     
  4. catalan92

    catalan92 Passe son temps sur le forum

    Messages:
    2 819
    Notations:
    +2 / 0 / -0
    bravo certains on du talent ici :bravo:
     
  5. koenig

    koenig Passe son temps sur le forum

    Messages:
    2 682
    Notations:
    +6 / 0 / -0
    Je ne suis pas d'accord avec un truc essentiellement : Manas n'avait pas la compétence, il ne fallait surtout pas continuer avec après 2012. Batlle n'avait pas le niveau top 14 non plus. La défaite cette année contre le SF tient aussi d'un magnifique vol arbitral: carton rouge à la 36° non donné, faute non signalée sur l'essai parisien etc etc.
     
    Dernière édition par un modérateur: 5 Mai 2014
  6. margaillou

    margaillou USAPiste balbutiant

    Messages:
    17
    Notations:
    +0 / 0 / -0
    rien a rajouter, meme si je pense qu'il va falloir prendre des décisions et rapidement !! pas le temps de se réunir :716540:
     
  7. Undelraco

    Undelraco USAPiste impliqué

    Messages:
    1 134
    Notations:
    +69 / 1 / -0
    Charger Delpoux et son idée de produire un jeu façon "all blacks" en dépit de la culture locale et surtout en dépit du fait que les joueurs n'en étaient pas capables c'est facile. Delpoux a une part importante de la responsabilité mais il y a ceux qui l'on fait venir, maintenus en oubliant de le recadrer ou d'intervenir. Doereux a été catastrophique. Il a peut être réussi à réorganiser les finances et le marketing (on verra sur les bilans) mais sur le plan sportif la situation de l'USAP a été pire.Si on prend la synthèse des réactions données par le Midol et l'indépendant on trouve :1) La "gouvernance" de l'USAP qui comprend bien les actionnaires et Goze essentiellement qui ont dilapidé le travail fait par Dagrenat. Mauvais choix d'investissement (boutiques, brasseries, fabriquant de maillot, évènementiel, liens avec Barcelona, faible recherche de sponsors, ...), faiblesse de recapitalisation, choix ridicule d'Amics de l'USAP sans pouvoir décisionnel, entre Goze et les actionnaires sans moyens mais accrochés à leur petit pouvoir, on a là un cocktail explosif. La crise n'explique pas tout.Rivière ? On va voir. Il a été long à la détente mais visiblement il prend les choses en main. Il y a certainement à voir du coté de l'association. Certes on peut dire que Delpoux ne voulait pas de jeunes venus de la formation mais il a bien pris les Tao, Vahaminaa, Mjekevu, Allan et on a pas mal vu Ecochard. Il est aussi certain que Delonca pour le peu qu'on l'a vu a fait le travail, que Chateau a rarement déçu et que laisser sa chance à un pilier ou un ailier espoir aurait été une bonne décision. Mais il n'est pas dit que l'association ait eu autant que cela envie de laisser les espoirs à disposition du club. C'est un jeu à deux perdants puisque si l'an prochain le groupe actuel d'espoirs aura sa chance, je ne suis pas certain que le budget du centre de formation ne soit pas également orienté à la baisse.2) Le choix des joueurs : est-ce que certains n'étaient pas au niveau ou plutôt mal utilisés ou plutôt ont mal joué pour avoir respecté les consignes ? J'ai surtout eu l'impression de joueurs qui individuellement avaient des qualités et ne se sont que rarement échappés mais que collectivement tant en attaque qu'en défense, il n'y avait aucune coordination et aucun liant, ou alors par intermittence. - Samedi encore, à 15 contre 13, on a vu tous les joueurs rendre le ballon au pied : c'est une somme de défaillances individuelles ou c'est ce qui était demandé genre occuper sans prendre de risque ... sauf celui de ne pas marquer.- La mêlée est un exercice collectif et la notre a plié quelle que soit sa composition. Et en touche c'est pareil. On a quand même multiplié les lancers ratés d'un match sur l'autre, les choix hasardeux sur combien de pénaltouches quand on pouvait jouer la sécurité avec un joueur de 2m06 dans l'alignement.- Et des joueurs à contre emploi. On a vu que Taumalolo tenait mieux la mêlée quand on ne le faisait pas jouer comme Tuilagi sur les séquences précédentes.- Enfin, est-ce les joueurs, la faiblesse du banc (ce qui n'était pas toujours le cas) ou un manque de préparation physique qui fait que l'USAP a beaucoup perdu en fin de match ?3) La culture et le vestiaire, pour ce que l'on en sait : Mermoz dit à peu près cela dans le Midol du jour Quand j'ai signé à l'USAP, il y avait un projet clair et précis. Les dirigeants de l'époque avaient décidé de donner au club les moyens de ses ambitions. (après avoir déploré comme d'autres l'arrêt du développement économique et sportif ...). Comment un joueur du cru, comme Nicolas Mas, aussi attaché au club, peut-il avoir envie de partir. Si les joueurs du cru quittent le club, c'est qu'il y a un problème avec les dirigeants ... Jacques Brunel avait réussi à construire un amalgame exceptionnel autour de joueurs de la région. Il avait su réaliser un amalgame. Je pense que son départ a été préjudiciable au club, les dirigeants n'ont pas su retenir un maillon important de la réussite de l'USAP. Il dit beaucoup de choses fortes, Mermoz et il pointe la "fibre" catalane. Elle n'est pas dans le nombre de catalan sur le terrain (il y avait une proportion forte d'étrangers et de joueurs français non formés à l'USAP dans l'équipe du titre) mais dans une identification à des valeurs, à un style et à une histoire, celle du club et celle de la Catalogne. Là où Brunel a réussi un amalgame, à en croire d'autres qui s'expriment, on a eu des groupes et des clans. Les "îliens" orphelins du "papa" Tuilagi, les "anglos", les usapistes pure souche de vigne, "les chouchous de Delpoux", etc. Manny le dit aussi "A l'époque où j'étais au club, son rugby était plus axé sur la défense et l'agressivité. Ce secteur a pris de moins en moins d'importance à l'USAP. A mon sens la disparition de cette identité de jeu fait partie des explications. Je suis favorable à l'évolution du jeu [qui en plus résulte de l'évolution des règles] maos certaines valeurs doivent rester intactes ...".On pourrait faire la liste de causes mais il y là les principales et le président doit apporter une réponse sur les moyens, l'effectif et le staff, l'identité et le style, qui passe par un projet sportif et financier. Bonne chance.
     
  8. Carto

    Carto Titan du forum

    Messages:
    26 251
    Localité:
    x
    Notations:
    +883 / 2 / -1
    La tu te trompes , conteste délicat à cette époque , mais il était reconnu par ses pairs , à l'inverse de son quo-listier de l'époque , par la suite il n'a pas eu la parti facile à Dax .
     

Partager cette page