Vous ne voulez plus avoir de publicité sur le site ? Abonne-toi et deviens membre Premium !  >>> Je m'abonne <<< 

LA CHRONIQUE D'ELS DE PARIS : DE L'IMPORTANCE D'ÊTRE CONSTANT (USO-USAP, 11ème journée)

Discussion dans 'Forum TOP14' créé par Els de P@ris, 2 Novembre 2013.

  1. Rentre dans la mêlée des discussions enflammées ! :) Inscris toi en 2 minutes, et même en 10 secondes grâce à ton compte Facebook ! Les supporters t'attendent pour partager des avis !
    JE M'INSCRIS ›››
    Rejeter la notice
  1. Els de P@ris

    Els de P@ris USAPiste bavard

    Messages:
    70
    Notations:
    +0 / 0 / -0

    Partager cette page

    De l’importance d’être constant

    Quelle image garder de ce premier USO-USAP de l’histoire du rugby, à l’issue bien peu glorieuse ? La haie d’honneur finale des Catalans applaudissant à l’ancienne les Oyonnaxiens. Ils la méritent, les gars du Haut-Bugey, bien plus combattifs et plus constants que nous. Eux ne se sont pas compliqués la tâche, ils n’ont hésité entre le jeu et le non-jeu qu’une mi-temps avant de transformer leur envie en points. Ils méritent mieux que les applaudissements : le respect. Et au moins un bonus écolo pour leur rendement énergétique. C’est un beau geste de la part des Catalans d’avoir salué leurs maîtres. C’est bien le seul qu’on leur ait vu ce soir.

    Et quelle est la meilleure analyse du match ? Sans aucun doute celle de Nicolas Durand expliquant qu’il fallait que cette équipe grandisse à l’extérieur – ça, on l’avait noté plus souvent qu’à notre tour –, mais surtout pointant le fait qu’après une « bonne première mi-temps » (comprenez : attentiste, où l’on avait refusé de jouer, comme si c’était un choix tactique), l’USAP n’avait pas su trancher entre « gérer » et « prendre des initiatives ». Hésitation coupable. Bien vu, Nico. Résultat, elle n’a fait ni l’un ni l’autre et elle a regardé ses adversaires s’envoyer joyeusement. Vous avez dit frustrée ? Et nous alors ? Car quand l’équipe a eu la balle, notamment en seconde mi-temps, qu’en a-t-elle fait ? Rien. Du gâchis. De la déperdition énergétique. Des fuites caloriques à tous les étages. Des dépenses inutiles ! De la dette pour rien ! Un vrai trou pour les finances publiques. Avec même pas un petit bonus à la clé.

    Tout à l’envers
    Que de balles perdues ! On n’en meurt pas. Mais quand même ! Chers amis d’Oyonnax, vous en voulez au pied ? Tenez, En voilà. Et vous en voulez d’autres à la main ? Pas de souci, un deuxième wagon. Tous les travers de l’USAP au grand jour. Des fautes contre la règle. Des fautes contre l’esprit du jeu. Des fautes de goût. Des fautes tout court. Ca mériterait une bonne écotaxe ! Dans ce marasme, tout le monde sombra peu à peu. Il n’y en eût pas un pour rattraper l’autre. On vit des presque Bleus bien pâles. Et quelques rares bons ballons à négocier sur le second marché finir en bouillie comme sur cette dernière passe de Tao Senior qui pouvait envoyer à dame et que, par facilité ou mauvaise habitude, Romain voulut jouer d’une main…

    J’exagère ? Bien sûr. Le match ne fût pas si nul. Pas entièrement. Quelques joueurs surnagèrent. Mais quand même, ne pas attaquer quand on domine la touche et la mêlée, c’est pécher. A quoi sert d’avoir une tour de contrôle comme Charteris si les avions ne décollent pas derrière ? Ce fut pourtant le cas lors du premier acte. Ensuite, attaquer à l’envers, taper les ballons qu’on vient de récupérer après un turn-over quand on est en surnombre, jouer arrêté ou lancer des pétards mouillés, faire des en avants sur les quelques ballons que l’on joue, se faire intercepter, c’est pire. Soyons réaliste : tout a été fait à l’envers à Charles Mathon.

    C’est quand même un étrange équipe que nous supportons. D’habitude, dans les parties qui se terminent mal, notre équipe commence par une orgie d’attaques, du genre impuissantes et qui sont mal finies, dans lesquelles on laisse une débauche d’énergie. Mais au moins ont-elles le mérite de montrer des intentions. Cette fois, les tentatives de redressement ont été non seulement improductives mais inexistantes.

    Quelle mouche a donc piqué les dépositaires du rugby catalan ? Ils auraient voulu laisser les clés du jeu au vestiaire qu’ils ne s’y seraient pas pris autrement. Si quelqu’un les trouve, il est prié de les rapporter au car. Pas la moindre occasion d’essai à se mettre sous la dent. Et voilà le chroniqueur une nouvelle fois tenté de déposer le stylo. De faire la grève à son tour. A tout le moins d’abréger sa souffrance.

    L’impôt sur l’infortune
    Pourtant, les consignes de Delpoux et Arlettaz semblaient limpides. De l’ambition, qu’ils avaient demandé ! Dans quelle Dombes s’est-elle noyée, l’ambition ? Mystère et boule de gomme. « L’ambition, c’est le dernier refuge de l’échec » disait Oscar Wilde, vous savez l’auteur de la célèbre pièce « L’importance d’être Constant », dont le titre devrait servir de leitmotiv à l’USAP. Car on voit bien où l’inconstance nous mène : dans une impasse.

    On se doutait bien qu’un déplacement à Oyonnax, entre Toussaint et 11 novembre, ne serait pas une virée galante. D’autres s’y sont cassés les dents. Les prochains y perdront leur protège-dents. Mais on avait aussi compris qu’on disposait d’une petite fenêtre de tir pour s’accrocher au haut du tableau avant un parcours dantesque. En fait d’ouverture, on s’est pris les doigts dans les vantaux. Cela fait mal, mais on peut s’en remettre. Mais quand on doit aller batailler à Limerick, à Mayol ou à Jean Bouin, on doit être au moins capable de rivaliser avec les gars de l’Ain.

    Au final, espérons qu’à Oyonnax s’achève la trilogie des « déplacements-chez-les-petits-où-l’on-prend-une-rouste ». 31 points à Bayonne, 31 à Brive et 22 à Oyonnax. C’est la fin d’un cycle. Basta. Rideau. Maintenant, il n’y aura plus de matchs faciles ! Que du gros ! Tant mieux. Au moins, on sait ce qui nous attend. Il va falloir retrouver vite les clés du jeu. Sinon, ce sera l’impôt sur l’infortune qu’on risque de payer.
     
  2. fabrice

    fabrice Passe son temps sur le forum

    Messages:
    2 972
    Notations:
    +35 / 0 / -0
    Bien analysé, maintenant, le mal semble bien profond car depuis quelques matchs, Hook n'est il pas l'arbre qui cache la forêt (des faiblesses) ?
    La chance à domicile, hormis le SF, a permis de ramasser nombre de points lors de matchs pourtant si mal maitrisés (CO, ST, UBB, le bonus contre le MHR...)
    Que faire ???
    Il y a pourtant de la qualité dans cet effectif, il manque peut être un peu de puissance (partout) et beaucoup d'implication (à l'extérieur)...
     
  3. Fox Mulder

    Fox Mulder USAPiste bavard

    Messages:
    382
    Notations:
    +0 / 0 / -0
    En tout cas ces derniers ont fait preuve d'un manque d'ambition sur la pénalité qu'ils ont demandé de prendre juste avant la mi-temps pour égaliser.
    Il y avait possibilité de prendre une pénal touche (sachant que nous maitrisions nos lancers) ou une nouvelle mélée que nous dominions et avec +4 à la mi-temps le match aurait peut-être été différent...
     
  4. Maury

    Maury Passe sa vie sur le forum

    Messages:
    5 044
    Notations:
    +274 / 0 / -0
    au lieu de leur faire une haie d'honneur a la fin du match pour les remercier de nous avoir battu,on aurait mieux fait de leur rentrer dedans bien comme il faut ,cela ne nous aurait pas empeché de faire du cinema pour la télé a la fin du match .Pas etonnant que l'on perde les matchs a l'exterieur
     
  5. harv

    harv USAPiste bavard

    Messages:
    56
    Notations:
    +0 / 0 / -0
    Jolie tournure, Els de Paris :262944:
     

Partager cette page