Jordy Girones, le patient catalan - Lindependant.fr

Discussion dans 'Forum Pro D2' créé par Articles de presse, 1 Avril 2021.


Vous ne voulez plus avoir de publicité sur le site ? Abonne-toi et deviens membre Premium !  >>> Je m'abonne <<< 
  1. Offre spéciale aux membres du forum : Vin Lafage à -30% pendant le confinement ! Rendez-vous sur ce sujet : !!! CLIQUEZ ICI !!!
    Rejeter la notice
  1. Articles de presse

    Articles de presse Passe son temps sur le forum

    Messages:
    4 124
    Le pilier gauche Usapiste, travailleur infatigable est un pur produit de la formation Catalane avec toutes les valeurs qui vont avec. Le fils d’Henry Girones ne pouvait que filer sur les traces des plus grands.

    Lire la suite ...
     
  2. cazac

    cazac USAPiste impliqué

    Messages:
    1 197
    Le pilier gauche Usapiste, travailleur infatigable est un pur produit de la formation catalane avec toutes les valeurs qui vont avec. Le fils d’Henry Girones ne pouvait que filer sur les traces des plus grands.

    Fier produit de la formation Usapiste, Jordy Girones continue son apprentissage au sein de l’effectif espoirs. À 21 ans, le pilier gauche, polyvalent talonneur et pilier droit pousse humblement sous la tutelle du duo Marty-Vilacéca.
    Samedi, il ne se défilera pas à l’heure du déplacent à Aurillac (14 h). Hippolytain de souche, il est comme beaucoup tombé dans le chaudron du ballon ovale très tôt, couvé par ses trois frères aînés, Gilles, Alain et Julien. La fratrie Girones ne ratait jamais un match du frangin. Mais ça, c’était avant. Avant la pandémie et ses rencontres à huis clos.
    « Jordy a cette capacité à se surpasser, à se transcender et à repousser ses limites. C’est un leader naturel qui est aussi très calme et taiseux. Son humilité fait de lui quelqu’un de très apprécié, mais attention, lorsqu’il enfile le maillot bleu azur, c’est un autre homme », dit de lui son père, Henry.


    « Mon père, c’est le pilier de ma vie »
    L’ancien entraîneur de la JOP et de Salanque CR est dans la transmission de la passion, mais aussi des valeurs et de l’esprit. « Mon père m’emmenait sur tous les stades dès l’âge de deux ans. J’ai toujours eu beaucoup d’admiration lorsque je voyais cette relation étroite qu’il cultivait avec ses joueurs », nous raconte « Giro » qui rajoute : « C’était l’entraîneur que je regardais à ce moment-là. Il était tellement exigeant, sérieux et clairvoyant qu’il m’a toujours fasciné. Mon père c’est le pilier de ma vie, il m’a tout appris. Il a tenu ce rôle de l’entraîneur et de l’éducateur que chacun rêve d’avoir. Il m’a appris le rugby et rien que pour lui, j’ai envie de prouver ».
    Si l’étudiant en BTS MUC (Management des Unités Commerciales) ne tarit pas d’éloges sur son papa, il qualifie sa maman de « bible du rugby. À la maison, ça dépote, c’est elle qui donne des explications à propos des matches, elle a toujours un regard avisé sur tous les sujets, elle est forcément ma meilleure supportrice, car sa transmission demeure importante ».

    « L’USAP, c’est la porte d’entrée de tout »
    À l’âge de 5 ans, c’est l’école de rugby de Salanque qui a vu Jordy mettre ses premiers crampons pendant deux ans, avant de rejoindre l’école de l’USAP. « Je me souviens de mon éducatrice à Salanque, Johanna Puech (épouse Guirado) qui m’a transmis le goût des activités physiques, l’apprentissage du rugby, mais aussi à faire mes lacets » se souvient celui dont le visage s’éclaire dès lors que vous lui demandez de résumer ses années USAP : « C’est la porte d’entrée de tout. Avec Killian Taofifenua, Henri Tuilagui et mon cousin Baptiste Plana on se suit depuis tout petit. Nous avons tous le même principe pour être performant, celui de la notion du plaisir par le jeu ».
    Après une année stoppée par l’arrêt de la compétition, le pensionnaire du centre de formation apprécie de se retrouver au milieu d’entraîneurs qui ont « le don de pousser notre soif de vaincre jusqu’au bout. Ils savent tirer le meilleur de chacun », résume le Salanquais, qui garde en mémoire la photo du France-All Blacks de 2007 et « ce regard de David Marty face à Rodney So’oiolo ».
    Gros travailleur, il n’hésite pas à faire appel à Aurélien Cologni (sélectionneur du XIII de France de 2016 à 2021) autour du stade Sayrou de Torreilles, lorsque l’été met entre parenthèses les entraînements.
    Fier de ses racines et des liens qu’il entretient avec son territoire, Jordy Girones est le patient Catalan, passé lui aussi sous les conseils d’un certain, Didier Sanchez.

    Bruno Onteniente
     
  3. koenig

    koenig Passe sa vie sur le forum

    Messages:
    7 821
    Localité:
    .
    Joli publireportage! pour un joueur qui n'a même pas encore fait une apparition sur une feuille pro, il a un bon réseau. :D
    En fin de contrat selon allrugby? Bonne chance pour la saison prochaine.
     
    Dernière édition: 1 Avril 2021
  4. Mandros

    Mandros USAPiste impliqué

    Messages:
    1 081
    Les suiveurs des espoirs n'ont pas dit qu'il allait avoir droit à un contrat espoir-pro la saison prochaine ?
     
  5. Blutch

    Blutch USAPiste impliqué

    Messages:
    1 207
    Mais est-ce que ça veut que le Henry qui est mentionné sur l'article est le même que celui qui nous parle de Jordy sur ce forum ? :D
     
    koenig apprécie ceci.
  6. pépito

    pépito USAPiste impliqué MEMBRE PREMIUM

    Messages:
    1 376
    Localité:
    saint esteve
    .....dire.....oui....je pense.....