Vous ne voulez plus avoir de publicité sur le site ? Abonne-toi et deviens membre Premium !  >>> Je m'abonne <<< 

Interview Delpoux : "Il faut se méfier des statistiques."

Discussion dans 'Forum TOP14' créé par webmaster, 10 Octobre 2013.

  1. Rentre dans la mêlée des discussions enflammées ! :) Inscris toi en 2 minutes, et même en 10 secondes grâce à ton compte Facebook ! Les supporters t'attendent pour partager des avis !
    JE M'INSCRIS ›››
    Rejeter la notice
  1. webmaster

    webmaster Le méchant "chef" de ce forum Membre du personnel MEMBRE PREMIUM

    Messages:
    11 291
    Localité:
    Canohès
    Notations:
    +136 / 3 / -2

    Partager cette page

    source : http://www.lindependant.fr/2013/10/09/il-faut-se-mefier-des-statistiques,1798034.php

    [​IMG]
    Photo : Harry Jordan

    Le manager Marc Delpoux assure que l'USAP présentera sa meilleure équipe, samedi à Gloucester en H-Cup. Histoire de briser la série de douze matches sans victoire en Angleterre.

    Marc, commençons par la remarque qui fâche : l'USAP n'a jamais gagné en douze déplacements de H-Cup en Angleterre...
    Ça ne veut rien dire. Ce ne sont pas les mêmes équipes ni les mêmes entraîneurs. Je remarque aussi que l'USAP a affronté plusieurs fois Leicester (3) et les Wasps (2), qui dominaient l'Europe à ce moment-là.

    Pas de complexes donc ?
    Complexe de quoi ? Taumalolo, vous croyez qu'il connaît cette stat ? Il s'en fout. Les autres aussi.

    Le jeu anglais est-il de nature à vous perturber ?
    On va tomber sur une équipe bien organisée défensivement, qui va nous imposer du jeu direct avec de longues séquences. Je crois que ça convient bien à l'USAP. Gloucester est une équipe très forte sur les premiers placages, qui mord vite la ligne mais qui te laisse aussi la possession du ballon. Il y a beaucoup moins de combat dans les zones de rucks qu'en Top 14.

    Battu (29-12) par Exeter, dimanche à domicile, Gloucester affiche une petite forme...
    D'abord, j'ai trouvé l'équipe d'Exeter vraiment brillante. Toulon a des raisons de se méfier de lui. S'il est vrai que Gloucester a quelques difficultés en mêlée, ils ont aussi une troisième ligne extraordinaire. Leur jeu va très vite, ils ont beaucoup d'arguments. A titre de comparaison, il y eut douze minutes de temps de jeu effectif lors de Biarritz-USAP (12-16) contre trente lors de Gloucester-Exeter. Pas une équipe n'a tapé au pied de tout l'après-midi. Certes, il faisait beau, mais ça a envoyé du jeu de partout.

    Ce premier déplacement est l'occasion de relancer Luke Narraway, qui a joué à Gloucester de 2003 à 2012...
    Pourquoi vous dites relancer ? Il est avec nous tout le temps. Il a moins joué que l'an dernier parce qu'il y a plus de concurrence, mais il n'a pas moins joué que Pérez, Strokosch ou Leo. Comme il connaît bien la maison, il a échangé avec De Carli (le coach des avants) concernant la qualité des sauteurs anglais. Pour le reste, Gloucester a beaucoup évolué en deux ans.

    Allez-vous faire tourner le groupe ?
    Non. On y va comme si on disputait un match de championnat d'une importance capitale. Les seuls cas particuliers concernent Vahaamahina et Piukala, qui avaient besoin d'une semaine de vacances. Mais avec Charteris, Romain Taofifenua, Leo et Vilacéca, on reste bien fourni en deuxième ligne.

    Abordez-vous ce duel comme un pile ou face pour la suite de la compétition ?
    Oui et non. On ne sait pas comment va évoluer cette poule. Sur le papier, tout le monde annonce le Munster comme favori, mais pour le moment, même s'il axe toute sa saison sur la H-Cup, ses résultats ne sont pas brillants. On va jouer ce premier match à fond.

    Peut-être aurez-vous à choisir ensuite entre la H-Cup et le championnat ?
    L'an dernier, à pareille époque, le sixième du Top 14 avait plus de marge. Là, on s'aperçoit qu'à une victoire ou défaite près, on serait soit leader soit dans le wagon de queue. Quand on sait qu'après ce premier bloc européen l'USAP recevra Bordeaux avant d'aller à Oyonnax - deux équipes qui auront le temps de se régénérer -, on doit avoir en tête ces objectifs-là. On ne s'en cache : on est parti sur une stratégie de mettre une équipe très compétitive à Gloucester et après, gagnant ou perdant, on verra s'il faut prendre des risques contre Edimbourg.

    USAP démarre et termine fort ses matches mais coince souvent au milieu. Un commentaire ?
    Ça veut dire que les garçons sont bien physiquement et que notre banc est compétitif, comme contre Toulouse ou a Biarritz. Après, il y a des faits de match, sans toujours trouver d'explications rationnelles. Il faut toujours se méfier des statistiques. Il suffit qu'on dise que notre défense est bonne pour qu'on prenne 25 points à Gloucester dans le dernier quart d'heure... Selon Marc Delpoux, l'USAP n'a aucun compexe à nourrir face à Gloucester.
     

Partager cette page