Vous ne voulez plus avoir de publicité sur le site ? Abonne-toi et deviens membre Premium !  >>> Je m'abonne <<< 

Etat voyou ? ... E-Clope. Topic pour les fumeurs.

Discussion dans 'Discussions Diverses' créé par Ousap, 10 Septembre 2013.

  1. Rentre dans la mêlée des discussions enflammées ! :) Inscris toi en 2 minutes, et même en 10 secondes grâce à ton compte Facebook ! Les supporters t'attendent pour partager des avis !
    JE M'INSCRIS ›››
    Rejeter la notice
Tags:
  1. Ousap

    Ousap USAPiste impliqué

    Messages:
    1 479
    Notations:
    +17 / 0 / -0

    Partager cette page

    Le faux procès de la cigarette électronique


    Epinglées par « 60 Millions de consommateurs », menacées d’être retirées des produits en vente libre par Bruxelles, les cigarettes électroniques sont pourtant bien moins nocives que les autres.
    La e-cigarette, invention de deux « Géo Trouvetou » chinois, pourrait rebattre les cartes du marché du tabac. - Reuters
    La e-cigarette, invention de deux « Géo Trouvetou » chinois, pourrait rebattre les cartes du marché du tabac. - Reuters

    Les centaines de milliers de fumeurs ayant déjà expérimenté la cigarette électronique en France vont-ils pouvoir continuer à « vapoter » tranquillement ? Pas sûr, au vu du débat qui doit s’ouvrir de façon imminente au Parlement européen. Les députés des Vingt-huit vont se prononcer en séance plénière sur des propositions de la Commission de Bruxelles visant à faire passer la cigarette électronique du statut de produit de grande consommation en vente libre à celui de médicament délivré en pharmacie. Un reclassement justifié, selon ses promoteurs, par la volonté de mieux contrôler la composition du liquide dont la vaporisation remplace la combustion du tabac dans les cigarettes traditionnelles. Mais aussi par le souci de ne pas faire des e-cigarettes une porte d’entrée dans le tabagisme pour les jeunes.

    En France, cette offensive juridique a été précédée par l’offensive médiatique qu’a déclenchée il y a deux semaines le magazine « 60 Millions de consommateurs ». Dans son numéro du 26 août, le mensuel de l’Institut national de la consommation (INC) écrit qu’un certain nombre de composés cancérogènes auraient été décelés – à des doses variant selon les marques de quelques dixièmes de microgramme à quelques microgrammes – dans les vapeurs des cigarettes électroniques. Une « étude » extrêmement contestée, mais qui n’en a pas moins semé le doute chez beaucoup d’anciens fumeurs passés au vapotage, comme en témoignent les innombrables commentaires d’internautes postés dans les forums et sur les blogs.
    Un risque réduit de 99 %

    Pour Antoine Flahault, professeur de médecine à l’université Paris Descartes et à l’Hôtel-Dieu, cette polémique n’aurait jamais dû être. « “60 Millions de consommateurs” s’est complètement trompé de cible », regrette cet expert de santé publique, pour qui la démarche du mensuel de l’INC est typique de « l’absence totale de distanciation scientifique » et de « la complète distorsion du jugement » qui s’emparent des esprits dès lors qu’il est question de santé publique. A supposer même que les taux de produits indésirables mesurés par le magazine ne soient pas dus à un mauvais protocole expérimental – ce qui n’est pas exclu selon lui –, les e-cigarettes n’en resteraient pas moins incomparablement moins nocives que les cigarettes traditionnelles. Et ce même si elles contiennent une assez forte dose de nicotine.

    « La nicotine, qui a été étudiée de près en pharmacologie, n’est pas plus dangereuse que la caféine – elle le serait même plutôt moins. Ce qui est si mauvais dans le tabac que l’on fume, c’est le goudron qui résulte de la combustion et se dépose dans les voies respiratoires, ainsi que le monoxyde de carbone qui se diffuse dans le sang. Or ces deux substances sont absentes des e-cigarettes », explique le médecin, qui ajoute : « Passer de la cigarette traditionnelle à la cigarette électronique réduit le risque d’au moins 99 %. » D’autant que celle-ci peut être également utilisée comme une aide au sevrage tabagique, avec une efficacité jugée au moins équivalente à celle des patchs à la nicotine, selon une étude néo-zélandaise publiée dimanche par le site de la revue « The Lancet ».
    L’infarctus, tueur numéro un

    Loin de prôner un reclassement en médicament, l’ex-directeur de l’Ecole des hautes études en santé publique (Ehesp) appelle donc de ses vœux une diffusion massive de la cigarette électronique, qui se traduira selon lui par une baisse du nombre d’infarctus du myocarde (le premier tueur au monde avec 7 millions de morts chaque année à son actif, selon l’OMS), des AVC (6,2 millions de morts par an), des bronchites chroniques (3 millions) et, bien entendu, du cancer du poumon (1,5 million).

    Cette aubaine, les défenseurs de la cigarette électronique estiment qu’il serait d’autant plus criminel de ne pas en profiter que les politiques publiques de lutte contre le tabac semblent pour le moins en panne . Notamment en France, où les ventes de cigarettes ne baissent presque plus depuis 2004, après avoir été divisées par deux en moins de quinze ans.
    Inégalités sociales

    C’est le triste constat que fait Catherine Hill, épidémiologiste à l’Institut Gustave-Roussy et spécialiste reconnue du tabac. L’explication en est pour elle bien claire : « Entre janvier 2004 et janvier 2011, toutes les hausses de prix ont été faites à l’initiative des industriels du tabac eux-mêmes. Il s’est chaque fois agi de hausses limitées, calculées avec soin pour rattraper le coût de la vie sans casser la consommation, ni faire perdre des recettes fiscales à l’Etat. Rien à voir avec les augmentations massives intervenues dans le sillage de la loi Evin de 1991, qui, elles, ont fonctionné », analyse-t-elle.

    La stagnation du nombre moyen de cigarettes fumées par adulte et par jour (autour de 3) est d’autant plus alarmante qu’elle masque de profondes inégalités sociales. Si les cadres ne comptent plus dans leurs rangs que 20 % de fumeurs, cette proportion a augmenté dans d’autres catégories socioprofessionnelles moins favorisées. Surtout chez les femmes, qui « n’en sont pas au même stade de l’épidémie que les hommes », souligne Catherine Hill. Ainsi, la proportion de fumeuses parmi les ouvrières a plus que doublé entre les années 1980 et aujourd’hui. Et le nombre de cancers du poumon explose chez les femmes, toutes catégories socioprofessionnelles confondues. Une tragédie quand on sait que ce cancer particulièrement meurtrier – et difficilement détectable : une simple radio du thorax ne suffit pas – tue 85 % des malades dans les cinq ans qui suivent le diagnostic.
    Addiction aux taxes

    Le surplace de la France dans la lutte *contre le tabagisme aurait-il quelque chose à voir avec les 17 milliards d’euros que le tabac rapporte en taxes à l’Etat chaque année ? Nombre d’observateurs en sont convaincus. « La plupart des Etats ont *développé une forte addiction aux taxes sur la nicotine », constate Antoine Flahault. « La fiscalité française sur le tabac est d’une complexité byzantine. Les élus de base n’y comprennent rien, les ministres non plus. Seuls les fiscalistes des cigarettiers et les technocrates de Bercy s’y retrouvent et ils font leur petite cuisine entre eux », lâche *Catherine Hill.

    Dans ces conditions, l’invention de deux « Géo Trouvetou » chinois a-t-elle des chances de rebattre les cartes d’un marché du tabac sur lequel convergent tant d’intérêts financiers ? Il y a de bonnes raisons de croire que oui. Au premier semestre 2013, les ventes de cigarettes sont reparties à la baisse, en recul de 8 % par rapport au premier semestre 2012. Bercy met ce reflux inattendu sur le compte des dernières hausses de prix, mais s’abstient prudemment de décider une nouvelle augmentation pour la fin de l’année. Les observateurs y voient plutôt un effet du déferlement des cigarettes électroniques. « Elles ont commencé à tailler des croupières à l’industrie du tabac et cela va continuer », se réjouit Antoine Flahault. Ce n’est sans doute pas un hasard si les grands cigarettiers ont commencé à racheter l’un après l’autre les fabricants de cigarettes électroniques.





    ------------


    Puis ensuite :


    L'e-cigarette favorise l'arrêt du tabac

    Par Tristan Vey - le 10/09/2013
    Une étude démontre qu'elle est plus efficace que le patch nicotinique pour le sevrage tabagique.Une étude démontre qu'elle est un peu plus efficace que le patch nicotinique pour le sevrage tabagique.
    «La cigarette électronique n'est pas une arnaque, mais ce n'est pas la solution miracle.» Gérard Mathern, pneumologue et secrétaire général de la Société française de tabacologie, résume avec ces mots les résultats de la première étude «solide» réalisée sur l'efficacité de ce substitut dans l'aide au sevrage tabagique.
    Publiée lundi dans The Lancet, elle a également fait l'objet d'une présentation au Congrès annuel de la société savante européenne des maladies respiratoires par ses auteurs néozélandais. Ces derniers ont comparé l'efficacité de l'e-cigarette et celle des patchs nicotiniques après trois mois d'utilisation chez des fumeurs âgés d'une quarantaine d'années souhaitant arrêter la cigarette. Résultat: 13,1 % des vapoteurs avaient arrêté, contre 9,2 % des porteurs de patch. Trois mois plus tard, ces proportions étaient respectivement de 7,3 % et 5,8 %.
    «Les résultats de l'étude sont beaucoup moins puissants qu'on ne l'attendait», tempère Bertrand Dautzenberg, président de l'Office français de prévention du tabagisme. Le coordinateur d'un rapport équilibré sur la cigarette électronique pour le ministère de la Santé espérait des conclusions plus tranchées. Ce texte recommandait l'interdiction aux mineurs et dans les lieux publics tout en rappelant que ce produit était beaucoup moins dangereux que le tabac. «Au final, ça ne marche pas vraiment mieux que les patchs», regrette-t-il.
    Une arme supplémentaire
    La popularité grandissante de cet objet, qui avoisine en France le million d'utilisateurs, est néanmoins encourageante. «Trois à quatre fois plus de fumeurs semblent prêts à essayer l'arrêt du tabac par ce biais», souligne Bertrand Dautzenberg.
    «Nous savons au moins que l'e-cigarette est un complément potentiel intéressant dans les thérapies de sevrage. C'est une vraie nouveauté, reprend Gérard Mathern. Notre arsenal thérapeutique se limite aux gommes, aux patchs, à quelques médicaments souvent décriés et aux thérapies cognitives et comportementales.»
    Les tabacologues disposent désormais d'une arme supplémentaire, qui présente l'avantage d'être très bien accueillie chez les fumeurs.
    Ivan Berlin, ancien président de la Société française de tabacologie, précise que les participants de l'étude qui ont bénéficié de l'e-cigarette se sont montrés «plus enthousiastes» que ceux ayant reçu des patchs. Il remarque que les rechutes ont été plus tardives chez les vapoteurs que chez les patchés. «L'e-cigarette a aussi permis à 57 % des participants de réduire leur consommation de moitié, contre 41 % chez les patchés», insiste le tabacologue, qui rappelle que l'étude est «propre en termes de conflits d'intérêts»: elle a été commandée et financée par un institut public néozélandais. Ivan Berlin est néanmoins «déçu» par les résultats. «Peut-être qu'il faudrait augmenter la dose de nicotine dans l'e-cigarette, fixée à 16 mg/ml dans l'étude, pour améliorer le sevrage, mais cela n'est pas anodin. La nicotine reste un poison.»
    D'autres études en cours
    Tous les experts interrogés pointent enfin du doigt le manque d'accompagnement et de suivi personnalisé des fumeurs lors de l'étude. «On a envoyé aux participants des bons pour acheter des patchs nicotiniques avec le même dosage sans tenir compte de leur consommation respective», rappelle Bertrand Dautzenberg. Quant aux e-cigarettes, «ce n'étaient pas les récentes qui reproduisent le plus fidèlement la fumée de cigarette», insiste Gérard Mathern. «Ces deux méthodes de sevrage ont été mises en œuvre de la pire des manières», conclut-il.
    D'autres études, probablement plus approfondies sur le plan méthodologique, sont en cours. Elles ne devraient toutefois pas répondre à la question de la dangerosité éventuelle de ce nouvel ersatz du tabac. Les recharges liquides des appareils contiennent des produits chimiques supposés cancérigènes, mais leur dosage exact n'est pas connu. «Il n'y a aucun cadre réglementaire à l'heure actuelle», regrette ainsi Ivan Berlin. Pour le spécialiste, le premier danger est ailleurs. Aujourd'hui, les producteurs n'ont aucune obligation de mettre en place des bouchons sécurisés sur leurs fioles. Or celles-ci peuvent contenir de 100 à 200 mg de nicotine. Et, au-delà de 60 mg, la nicotine est un poison mortel. «Si un enfant attrape un flacon qui traîne et le boit, c'est la mort assurée», s'inquiète Ivan Berlin.


    -----


    Les sources.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-...roces-de-la-cigarette-electronique-602595.php

    http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/09/10/21231-cigarette-favorise-larret-tabac


    --------


    Un état voyou nous vivons ?

    Déjà si on pouvait virer ces technocrates vampires. :231183:
     
  2. pouett

    pouett Passe son temps sur le forum

    Messages:
    3 137
    Notations:
    +42 / 0 / -0
    Ce n'est pas le produit,mais le contenu qui dérange ( puis surtout le fait qui il y a un marché de plusieurs Mk€ qui passe sous leur nez )

    Comme pour la voiture le produit est bon seulement si tu mets un connard qui ne respecte rien , roule à 200 au lieu de 50 y aura un soucis a un moment =)
     
  3. Ousap

    Ousap USAPiste impliqué

    Messages:
    1 479
    Notations:
    +17 / 0 / -0
    Fallait que ça arrive un jour, je pensais que l'Etat était de là pour nous protéger notre santé ...

    http://www.leparisien.fr/societe/feu-sur-la-cigarette-electronique-12-09-2013-3130065.php

    Dans la rue, au boulot ou à la maison, 5 millions de Français auraient, selon les professionnels, déjà utilisé une cigarette électronique. Mauvaise surprise en perspective pour ces vapoteurs : le projet de loi de financement de la Sécurité sociale prévoit de les taxer. Alors que le prix d’un paquet de cigarettes de tabac blond classique est principalement composé de prélèvements fiscaux, les cigarettes électroniques ne supportent qu’une TVA à 19,6%.

    Or, si elles semblent être moins nocives que le tabac, ces cigarettes produisent elles aussi des fumées toxiques pour leurs utilisateurs. « La cigarette électronique peut aussi être une porte d’entrée, notamment pour les jeunes, vers le tabac. Et donc, je crois qu’il est nécessaire d’encadrer la cigarette électronique, qui a un peu tendance en ce moment à passer pour un accessoire assez chic et mode », expliquait il y a quelques semaines la ministre de la Santé, Marisol Touraine

    ....

    -----------------------------------------------------

    pas de hausse habituelle du mois d'octobre, on taxe la e-clope, on dit que c'est dangeureux (voir les 60 millions de conso)

    Chez moi dans la société, c'est les 3/4 des fumeurs qui ont basculés, mais compte en principe continuer et si ça coince acheter à l'étranger avec cette nouvelle taxe.

    bref une grosse fumisterie l'Etat ... pour l'instant.

    faire un budget national avec les clopes, je trouve ça petit.
     
    Dernière édition par un modérateur: 12 Septembre 2013

Partager cette page