Vous ne voulez plus avoir de publicité sur le site ? Abonne-toi et deviens membre Premium !  >>> Je m'abonne <<< 

Chronique els de paris : L'heure de la revolte ? (castres-usap, 21-12-2013)

Discussion dans 'Forum TOP14' créé par Els de P@ris, 22 Décembre 2013.

  1. Rentre dans la mêlée des discussions enflammées ! :) Inscris toi en 2 minutes, et même en 10 secondes grâce à ton compte Facebook ! Les supporters t'attendent pour partager des avis !
    JE M'INSCRIS ›››
    Rejeter la notice
  1. Els de P@ris

    Els de P@ris USAPiste bavard

    Messages:
    70
    Notations:
    +0 / 0 / -0

    Partager cette page

    L’heure de la révolte ?

    En ces veilles de fêtes de Noël 2013, la tache du chroniqueur n’est pas confortable. C’est sans doute notre lot à tous. Avec cette légère gueule de bois avant l’heure, parions que personne ne se sent bien dans ses baskets, ce matin. Certains vitupèrent. D’autres se défoulent. Les derniers se taisent et se terrent, en espérant simplement passer Noël au chaud. Dans les têtes des énervés, des déçus, des amers, des accablés et de ceux qui se sentent coupables et de ceux qui voudraient couper leurs têtes, ça gamberge sec ce matin.

    On s’était promis en entamant cette chronique signée Els de P@ris, au lendemain du titre, de ne jamais céder à la tentation qu’a tout supporter normalement constitué de s’en prendre nommément aux joueurs, aux entraîneurs, à l’arbitre, aux adversaires. Ce n’est pas au soir de cette sixième défaite consécutive qu’on changera nos principes. Non pas que les uns et les autres ne mériteraient que des louanges. Mais, voilà, c’est un choix, une règle, un éthique ou une mauvaise habitude, au choix. Et ce ne sont pas les sentiments contradictoires par lesquels nous sommes passés hier soir qui nous feront changer d’avis. Nous tenons la chronique des bons et des mauvais jours, c’est comme cela, cela fait quatre ans que ça dure et nous n’avons pas l’intention d’en changer. Nous nous efforçons de le faire d’une humeur égale et même d’ajouter une touche d’humour, de distance. Il y a suffisamment de vitupérations par ailleurs pour ne pas ajouter les nôtres. Cela n’empêche pas un exercice de lucidité et de questionnement. Reconnaissons que ce n’est pas simple.

    « Alors, si ce n’est pas pour râler, à quoi servez-vous ? », se demande le lecteur en colère. A tenir le livre de bord de notre USAP. Ce n’est pas si mal.

    Naïveté défensive inédite
    Evacuons tout ce que nous avons pu voir comme chacun d’entre vous et qui nous a fait tant souffrir, sur nos sièges, sur le banc de touche ou sur le pré : des premières mêlées qui explosent, des touches perdues plus souvent qu’à notre tour, un jeu au pied catastrophique, un replacement offensif catastrophique, une incapacité chronique à disputer les rucks, une inadaptation maladive aux situations. On gardera longtemps en mémoire ces 10 minutes d’absence de Nicolas Durand, renvoyé au frigo pour une raison obscure, où l’on ouvre deux fois la porte aux Castrais, une fois derrière la mêlée où personne ne s’était repositionné, quelques minutes plus tard au large. « Après vous, messieurs, ne vous gênez surtout pas, vous êtes chez vous » semblèrent dire les Catalans aux Castrais. N’apprend-on pas à l’école de rugby ce principe de base : si la défense est étirée, joue dans l’axe. Et si elle est regroupée, écarte le ballon. Les Castrais ne sont pas des foudres de guerre mais ils ont retenu la leçon. Même Claassen n’en revenait pas d’avoir marqué sur l’aile. « J’ai pourtant rien fait » semblait-il dire en se relevant. D’où vient cette naïveté défensive catalane inédite ?

    Le replacement offensif mérite aussi qu’on s’y arrête. Sur les turn-over comme sur les ballons conservés après passage au sol, les joueurs sont dans un désordre inquiétant. A hauteur ou en vrac, douteraient-ils de pouvoir tirer bénéfice d’un ballon chèrement acquis ? Pourquoi un joueur se place-t-il systématiquement entre le 9 et le 10 dans ces phases, même quand la lecture du jeu appelle à écarter le ballon, au point de mettre le demi de mêlée dans l’obligation de faire un pas de côté pour trouver son ouvreur ? Pourquoi ces joueurs à hauteur quand un peu de profondeur et davantage de course permettraient de lancer le jeu dans des conditions plus favorables ?

    La touche n’est pas à l’abri. Pourquoi notre « tour de contrôle de la Llabanère » comme l’appelle le bon Pere Manzanares ne décolle pas une seule fois alors que Luke la main froide surplombe l’alignement d’un bon 10 centimètres ? Mystère de Noël.

    Et le pire : pourquoi, quand un joueur catalan franchit la ligne, ce qui lui est arrivé plus souvent qu’au bleu marine, le soutien n’est pas là ? Là encore, retour à l’école de rugby et à l’un des principes de base du jeu : « Quand un copain prend un intervalle, colle-lui au short en passant par le même trou que lui ». C’est le principe de convergence qui n’est pas réservé aux seuls technocrates européens… Quand on joue dans la défense, on court au cul du porteur, on ne s’en éloigne pas.

    Si vous vidéotez, vidéotez tout
    Questions sans réponses. Puisque nous nous contentons de les poser, interrogeons quand même ce bon Monsieur Gaüzere. Pourquoi ce carton jaune contre Nico si vous ne sifflez pas les obstructions répétées de Kockott ? Si vous refusez l’essai de Pulu, pourquoi accordez-vous le troisième essai castrais entaché d’un passage à vide manifeste au milieu du terrain ? Si vous biscottez, biscottez équitablement. Si vous vidéotez les actions litigieuses, vidéotez-les toutes.

    Avec de tels ingrédients, il était bien difficile de gagner ce match. Avec un joueur en moins pendant 30 minutes, cela devient impossible. La sévérité à sens unique est un signe qui ne trompe pas. L’USAP n’est pas respecté et l’USAP ne fait pas peur. Si ses adversaires mettent ce qu’il faut, nous, on leur offre le reste. Dans un joli paquet cadeau. Messieurs de Clermont, servez-vous. A vous Les Munstermen, vous n’allez pas quand même repartir les mains vides. Chers amis Castrais, on vous aime tellement qu’on vous fait le panier garni : conquête, pied, défense et discipline. C’est Noël chaque semaine de nous jouer en ce moment.

    Rendez-vous pour le Boxing day
    D’où vient le mal ? C’est là où nous divergeons avec les enragés du forum. Le mal vient du groupe, c’est donc au groupe à trouver les remèdes. Que les joueurs se parlent les yeux dans les yeux avant de monter à Paris. Ce n’est pas à nous de trouver la solution. Nous n’en sommes pas capables, quoiqu’en pensent certains. Nous sommes condamnés à souffrir, ce qui est le propre du supporter. La saison 2012-2013 était placée sous le signe du stress et des ongles rongés. La saison 2013-2014 nous oblige-t-elle à finir chaque match un peu plus accablé ? Car quand même, quoiqu’en dise les pisse-vinaigre, le jeu catalan a de belles ressources. Quand elle s’est décidée à conserver et à avancer, l’USAP a une fois de plus montré des disposition très au dessus de bon nombre de ses adversaires, y compris victorieux. Elle marque de magnifiques essais à 15 contre 15, pas en profitant des cartons infligés à l’adversaire. Dommage d’avoir expérimenté (et dévoilé aux yeux de tous) la superbe combinaison de Mafi en pivot pour rien.

    Alors, messieurs ? La balle est dans votre camp. Nous, à Els de Paris, on vous aime, même les soirs de défaite, aussi irritante soit-elle. Et le 29, à Jean Bouin, vous pouvez compter sur nous. Mais nous comptons aussi sur vous et sur votre révolte. N’en avez-vous pas assez qu’on vous montre en caganers, ces santons chieurs pour la crèche des ravis ? Vous avez en vous toutes les vertus pour offrir un tout autre visage, 80 minutes durant. N’écoutez pas ceux qui vous conseillent de faire telle ou telle impasse. Prenez votre avenir en mains et assurez votre rôle. La révolte contre vous-mêmes, contre les circonstances et contre vos propres amis et même contre vos supporters commence le 29 décembre à Jean Bouin. Une autre équipe en d’autres temps s’y est forgée un tempérament, une histoire, un destin. On appelle ça le Boxing Day. Ne vous trompez pas. Le « Boxing Day », c’est le jour des cadeaux, pas celui de la boite à gifles. A vous de faire en sorte que ce soit ni l’un ni l’autre. Le combat et l’intelligence suffiront. Si c’est le cas, la réussite finira bien par revenir.
     
  2. idir

    idir USAPiste impliqué

    Messages:
    1 319
    Notations:
    +169 / 1 / -0
    Si vous vidéotez, vidéotez tout et vidéotez bien !:231183:
     
  3. Maury

    Maury Passe sa vie sur le forum

    Messages:
    5 044
    Notations:
    +274 / 0 / -0
    ou as tu vu du "jeu catalan" dans cette equipe?Cette equipe n'a aucun fond de jeu ,c'est un jeu sans queue ni tete ,agrementé de quelques actions individuelles de talents .C'est insuffisant pour gagner des matchs surtout a l'exterieur ou les arbitres ont une facheuse tendance a pratiquer un arbitrage "maison".Tout le reste c'est de la litterature ,que par ailleurs tu ne maitrise pas trop mal
     
  4. Alain66

    Alain66 Passe son temps sur le forum

    Messages:
    3 768
    Notations:
    +7 / 0 / -0
    Je dirais même très bien !!!

    Toujours un régal de lire la chronique, tant sur le fond que sur la forme.
     

Partager cette page